LA VIE PRI­VÉE C’EST DU BU­SI­NESS

L'Informaticien - - EDITO -

Le 16 fé­vrier der­nier, le pa­tron d’Apple a pris la dé­ci­sion de s’op­po­ser à la jus­tice amé­ri­caine qui lui de­man­dait une « as­sis­tance tech­nique rai­son­nable » au bé­né­fice du FBI, afin d’ex­plo­rer les don­nées d’un iP­hone suite à la tue­rie de San Ber­nar­di­no. Il s’est ex­pli­qué sur cette dé­ci­sion dans une lettre ou­verte pu­bliée sur le site de l’en­tre­prise. « Bien que nous croyions que les in­ten­tions du FBI soient bonnes, ce se­rait une er­reur pour le gou­ver­ne­ment de nous for­cer à construire une porte dé­ro­bée dans nos pro­duits », pré­cise Tim Cook. « Et, fi­na­le­ment, nous crai­gnons que cette de­mande porte at­teinte aux li­ber­tés mêmes que ce gou­ver­ne­ment vise à pro­té­ger. » Plus loin, il en­fonce le clou : « Le gou­ver­ne­ment sug­gère que cet ou­til pour­rait n’être uti­li­sé qu’une seule fois, sur un seul té­lé­phone. C’est tout sim­ple­ment faux. Une fois créée, cette tech­nique pour­rait être uti­li­sée en­core et en­core, sur un très grand nombre d’ap­pa­reils. » Le bras de fer qu’Apple en­tame avec le gou­ver­ne­ment amé­ri­cain est sans précédent mais le pa­tron d’Apple sait par­fai­te­ment qu’avec cette dé­ci­sion il va ga­gner plus de sup­por­ters que de dé­trac­teurs. Dans les heures qui ont sui­vi la pu­bli­ca­tion de cette mis­sive, Tim Cook a re­çu le sou­tien de Sun­dar Pi­chai, PDG de Google, d’Ed­ward Snow­den ain­si que d’autres pa­trons de l’in­dus­trie IT ou d’as­so­cia­tions. A contra­rio, le can­di­dat ré­pu­bli­cain Do­nald Trump s’est dit d’ac­cord avec le tri­bu­nal es­ti­mant qu’il fal­lait contraindre Apple.

GA­GNER LA CONFIANCE

Au- de­là de la pos­ture, c’est bien un coup de bu­si­ness que réa­lise Tim Cook. Si son en­ga­ge­ment en­vers la pro­tec­tion de la vie pri­vée et le chif­fre­ment des don­nées est an­cien, la de­mande du FBI si­gni­fie qu’elle ne peut réel­le­ment pas ac­cé­der aux don­nées sans l’aide d’Apple. Ce fai­sant, ce­la ren­force consi­dé­ra­ble­ment la confiance des uti­li­sa­teurs quant à la sé­cu­ri­té des iP­hone, iPad et autres pro­duits de l’en­tre­prise. Bref, en s’af­fi­chant en hé­raut de la pro­tec­tion de la vie pri­vée, Tim Cook s’at­tire beau­coup plus de bonnes que de mau­vaises grâces et tout ce­la pour­rait se res­sen­tir dans les ventes du­rant les pro­chains mois. Alors que Google a été plu­sieurs fois qua­li­fié de ven­deur de don­nées per­son­nelles à des fins pu­bli­ci­taires, Apple choi­sit un autre che­min : pro­tec­teur des don­nées per­son­nelles à des fins com­mer­ciales. Au- de­là des grands prin­cipes rap­pe­lés par M. Cook, le coup est sub­ti­le­ment joué.

Sté­phane Lar­cher, di­rec­teur de la ré­dac­tion

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.