« Fa­bless is Use­less »*

L'Informaticien - - Édito - STÉ­PHANE LAR­CHER

(*) Le « sans usine » est vain « On nous avait pro­mis des voi­tures vo­lantes et on se re­trouve avec 140 ca­rac­tères », la phrase du mil­liar­daire Pe­ter Thiel, en 2011, avait fait hur­ler. Ce fai­sant, il stig­ma­ti­sait le manque d’am­bi­tion de la Si­li­con Val­ley en ma­tière de tech­no­lo­gies « réel­le­ment » dis­rup­tives, ca­pables de chan­ger le monde et as­su­rer de nou­velles op­por­tu­ni­tés de crois­sance et d’em­ploi. Andy Grove, le co­fon­da­teur d’In­tel, dé­cé­dé le 21 mars der­nier, avait dé­jà re­gret­té, en 2010, le fait que« la Si li con Val­ley ne fa­brique plus ce qu’ elle

in­vente». Il met­tait en avant la né­ces­si­té de dé­pas­ser le pro­jet créa­tif pour ar­ri­ver au pro­ces­sus in­dus­triel et créer des em­plois. «Quel type de so­cié­té al­lons-nous avoir si cela consiste en des gens lar­ge­ment payés qui oc­cupent des em­plois à haute va­leur ajou­tée et des masses de gens sans em­plois ?» Il met­tait éga­le­ment en garde sur la ten­ta­tion, de­puis vé­ri­fiée, d’ aban­don­ner la pro­duc­tion des biens .« Aban­don­ner la fa­bri­ca­tion au­jourd’ hui peut vous fer­mer les portes des in­dus­tries émer­gentes .» Et c’est ce qui se passe à quelques ex­cep­tions près dont X : la di­vi­sion re­cherche d’Al­pha­bet, la­quelle tra­vaille sur des pro­jets « durs » comme la Google Car, le sys­tème de drones, les bal­lons des­ti­nés à four­nir un ac­cès in­ter­net dans les coins re­cu­lés de la Pla­nète. De même, Lar­ry Page in­ves­tit à titre per­son­nel dans des pro­jets de « voi­ture vo­lante » ou Elon Musk dans ses mul­tiples ac­ti­vi­tés. Tou­te­fois, ce­ci ne re­fait pas en­core une na­tion in­dus­trielle et la si­tua­tion est iden­tique en Eu­rope. La Chine est de­ve­nue l’usine du monde. C’est exact mais cela ne suf­fit plus. D’as­sem­bleur de pro­duits conçus par l’oc­ci­dent, l’ex-Em­pire du Mi­lieu est de­ve­nu éga­le­ment concep­teur. Hua­wei am­bi­tionne de de­ve­nir le pre­mier constructeur mon­dial de smart­phones. Dans le der­nier clas­se­ment des su­per­cal­cu­la­teurs, le SunWay Tai­hu­light écrase lit­té­ra­le­ment la concur­rence et la Chine place 167 mo­dèles dans le Top 500 contre 165 pour les Amé­ri­cains. Très ré­cem­ment, nous ren­con­trions des res­pon­sables d’un très gros équi­pe­men­tier amé­ri­cain se fé­li­ci­tant d’être une en­tre­prise « fa­bless », c’est-à-dire sans usine de pro­duc­tion. Mul­ti­plié par des cen­taines d’exemples, le ré­sul­tat est que les ac­ti­vi­tés éco­no­miques amé­ri­caine et eu­ro­péenne stag­nent de­puis près d’une di­zaine d’an­nées. Les ré­vo­lu­tions tech­no­lo­giques font ac­tuel­le­ment le bon­heur des­dites en­tre­prises. Google, Fa­ce­book, Mi­cro­soft, Apple et les autres n’ont ja­mais été aus­si riches. On compte près de 200 li­cornes et l’argent conti­nue à cou­ler à flot dans la Si­li­con Val­ley, ce qui a pour consé­quence d’ac­croître les in­éga­li­tés éco­no­miques et so­ciales en Ca­li­for­nie et dans le monde. Mais si ces tech­no­lo­gies ne conduisent pas à une amé­lio­ra­tion glo­bale des ac­ti­vi­tés éco­no­miques dans les sec­teurs in­dus­triels – de la san­té, de l’édu­ca­tion, des équi­pe­ments, des trans­ports et autres –, tout ce­ci au­ra été vain. Trans­for­mer la tech­no­lo­gie en quelque chose d’utile pour l’en­semble de la so­cié­té et pas seule­ment pour quelques « hap­py few », est une né­ces­si­té ab­so­lue. C’est tout l’en­jeu de la trans­for­ma­tion numérique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.