Où pla­cer le cur­seur ?

L'Informaticien - - NEWS - STé­PHANE LAR­CHER

Pen­dant que de nom­breux pays eu­ro­péens ain­si que l’Amé­rique du Nord dis­sertent sur la ré­gu­la­tion à mettre en place pour tes­ter la fai­sa­bi­li­té de voi­tures et sur­tout de ca­mions au­to­nomes, la Chine vient de com­men­cer les tests sur de grands es­paces. Elle pré­voit même un lan­ce­ment com­mer­cial dès 2018. Pour la Chine, le mar­ché du trans­port re­pré­sente un chiffre d’af­faires de 300 mil­liards de dol­lars chaque an­née, dont 40 % pour le sa­laire des 16 mil­lions de chauf­feurs que compte le pays. Aux États-Unis, le mar­ché est de 700 mil­liards et on peut es­ti­mer un mon­tant équi­valent voire su­pé­rieur en Eu­rope. On le voit donc, il ne s’agit pas d’une pe­tite af­faire. La Chine a de­man­dé à tous les opé­ra­teurs de li­mi­ter leurs tests tant que les normes de ré­gu­la­tion n’au­raient pas été dé­fi­nies, mais tout le monde s’ac­corde à dire que tout ce­ci de­vrait être très souple pen­dant qu’en Eu­rope, ou aux États-Unis, nous sommes sur une prise de risque zé­ro avant de pou­voir faire un quel­conque pas. Et ce­ci n’est pas va­lable que pour les ca­mions ou vé­hi­cules au­to­nomes. Le monde change à une al­lure ver­ti­gi­neuse et comme nous le rap­pe­lions le mois der­nier, l’In­tel­li­gence Ar­ti­fi­cielle va re­battre les cartes du monde du tra­vail dans des pro­por­tions in­con­nues jus­qu’ici. Aus­si, il nous semble que l’on doit plus que ja­mais en­cou­ra­ger l’in­no­va­tion, ac­com­pa­gner la prise de risque, lan­cer des pro­grammes pi­lotes, bref tes­ter de nou­velles pistes en ar­rê­tant de se la­men­ter sur les temps an­ciens sur l’air de «C’était­mieuxa­vant». Non, ce n’était pas for­cé­ment mieux, mais nous pen­sons qu’il y avait un peu plus de li­ber­té, moins de contraintes et de ré­gle­men­ta­tions ta­tillonnes ou désuètes. At­ten­tion, il n’est pas dans notre pro­pos de dire qu’il convient d’au­to­ri­ser n’im­porte quoi, mais il ne fau­drait pas non plus tout in­ter­dire au sein d’un sa­cro-saint prin­cipe de pré­cau­tion qui tend à bri­der toute in­no­va­tion, qu’elle soit tech­no­lo­gique ou non. Et c’est bien ce qui cloche au­jourd’hui, par­ti­cu­liè­re­ment dans notre pays. On ne sait plus où pla­cer le cur­seur. Qu’il s’agisse de l’in­no­va­tion contre les pra­tiques an­ciennes, de la li­ber­té éco­no­mique contre la pro­tec­tion so­ciale, de la prise de risque contre le risque de se re­trou­ver to­ta­le­ment « à la rue ». Lorsque vous dé­cou­vri­rez ces lignes, le can­di­dat de la droite et du centre pour la pro­chaine élec­tion pré­si­den­tielle au­ra été dé­si­gné par une par­tie des Fran­çais. Qu’il s’agisse de Fran­çois Fillon ou d’Alain Jup­pé, ils sont ceux qui ont le plus in­sis­té sur le nu­mé­rique – sans ou­blier NKM – dans leur pro­gramme res­pec­tif. Vous pou­vez d’ailleurs re­trou­ver le com­pa­ra­tif de leurs pro­po­si­tions sur notre site. De ce que nous avons pu dé­cou­vrir, les deux sou­haitent pla­cer le cur­seur vers plus de li­ber­té, plus d’in­no­va­tion et un meilleur ac­com­pa­gne­ment – no­tam­ment fi­nan­cier – des start-up. C’est un pas qui nous semble in­dis­pen­sable. On at­tend main­te­nant ce qui pour­ra être pro­po­sé par les autres im­pé­trants. Tous les col­la­bo­ra­teurs de L’In­for­ma­ti­cien vous sou­haitent de bonnes fêtes de fin d’an­née et nous vous don­nons ren­dez-vous en 2017

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.