De la blo­ck­chain pour le dé­ve­lop­pe­ment du­rable

L'Informaticien - - ÉDITO - STé­PHANE LAR­CHER

L’idée fait pe­tit à pe­tit son che­min, sou­te­nue no­tam­ment par de grands ac­teurs tels que IBM. Alors que l’es­sen­tiel des re­gards était tour­né vers les cryp­to­mon­naies comme le Bit­coin et autres Ethe­reum, la tech­no­lo­gie blo­ck­chain qui sous-tend ces échanges com­mence à trou­ver de nou­veaux dé­bou­chés dans de très nom­breux do­maines, et tout par­ti­cu­liè­re­ment pour évi­ter le gas­pillage ali­men­taire et la fraude en s’ap­puyant sur les pos­si­bi­li­tés de sé­cu­ri­té, trans­pa­rence et tra­ça­bi­li­té qui sont l’apa­nage de la chaîne de blocs. Cher­cheur à l’Ins­ti­tut des sciences agri­coles de Suède, le Fran­çais Guillaume Cha­pron vient de pu­blier un ar­ticle dans la pres­ti­gieuse re­vue Na­ture dans le­quel il plaide pour un dé­ve­lop­pe­ment mas­sif de la tech­no­lo­gie en vue de mieux pré­ser­ver les res­sources na­tu­relles et évi­ter le gas­pillage. Dans son ar­ticle, M. Cha­pron fait état de plu­sieurs ex­pé­riences me­nées par des États et des en­tre­prises afin d’uti­li­ser la blo­ck­chain pour li­mi­ter la cor­rup­tion et as­su­rer une juste pro­duc­tion. Par exemple, l’en­seigne Wal­mart a tra­vaillé avec IBM pour la tra­ça­bi­li­té de la viande de porc com­mer­cia­li­sée dans ses ma­ga­sins en contrô­lant, grâce à dif­fé­rents cap­teurs, la ferme d’ori­gine de l’ani­mal, la tem­pé­ra­ture de sto­ckage de la viande et autres pa­ra­mètres per­met­tant de ga­ran­tir la qua­li­té. Bri­gid Mc Der­mott, VP Blo­ck­chain pour IBM, es­time que près d’un tiers de la nour­ri­ture mon­diale est gas­pillée à cause de mau­vaises ma­ni­pu­la­tions ou condi­tions de sto­ckage in­adap­tées. En consé­quence, une ra­tio­na­li­sa­tion pour­rait per­mettre de mieux uti­li­ser les res­sources de la Pla­nète. D’autres ex­pé­riences sont me­nées qui ont pour ob­jec­tif d’em­pê­cher l’évic­tion de po­pu­la­tions lo­cales par des en­tre­prises ou gou­ver­ne­ments cor­rom­pus ou en­core l’uti­li­sa­tion de la mon­naie Ethe­reum pour les échanges de cré­dits car­bone, là en­core sans pos­si­bi­li­té de fraude. Guillaume Cha­pron prend bien soin de pré­ci­ser que tout ce­la ne va pas se réa­li­ser ra­pi­de­ment. D’une part à cause de li­mi­ta­tions tech­niques, par­ti­cu­liè­re­ment en termes de per­for­mances, mais aus­si et sur­tout à cause de la ré­sis­tance au chan­ge­ment de la part d’en­tre­prises et de gou­ver­ne­ments qui voient d’un très mau­vais oeil ces pos­si­bi­li­tés dis­rup­tives. Bien évi­dem­ment, la blo­ck­chain n’est pas la ré­ponse ul­time et unique mais elle com­mence à faire la preuve que tech­no­lo­gie et éco­lo­gie sont loin d’être an­ti­no­miques, bien au contraire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.