Le test de la ré­dac­tion : Google Wi­Fi… quand Moun­tain View ré­in­vente le rou­teur

L'Informaticien - - SOMMAIRE - Prix : 140 eu­ros env.

Lan­cé en dé­cembre 2016, le deuxième rou­teur Wi­Fi de Google ex­ploite la fonc­tion­na­li­té mesh. Soit un ré­seau maillé où chaque noeud re­çoit, en­voie et re­laye des don­nées. Si un des ré­pé­teurs tombe en panne, les autres comblent l’ab­sence. Une seule de ces pe­tites bêtes couvre 85 m2, ce qui est lar­ge­ment suf­fi­sant pour un ap­par­te­ment sur­tout si, comme moi, vos murs sont en bé­ton et vos portes peintes au plomb. Pre­mière re­marque, il faut bien re­con­naître que le de­si­gn de l’ap­pa­reil est plus es­thé­tique que les autres rou­teurs du com­merce. Donc, con­trai­re­ment à ses concur­rents, le Google Wi­Fi trouve sa place sur une table de che­vet plu­tôt que des­sous : c’est peut-être un dé­tail mais qui joue sur la qua­li­té du si­gnal. À ce pro­pos, lors de notre test, la ro­bus­tesse et la cou­ver­ture du ré­seau ont été ex­cel­lentes, l’ap­pa­reil choi­sis­sant vi­si­ble­ment les meilleures bandes de fré­quences pour évi­ter les per­tur­ba­tions. La vi­tesse des dé­bits mon­tant et des­cen­dant se sont avé­rés net­te­ment su­pé­rieurs au Wi­Fi de notre box, pas­sant de 3 Mo en down­load sur la box à 11 via le rou­teur ! Google oblige, l’ins­tal­la­tion doit être aus­si simple que pos­sible. Ici, pas d’in­ter­face web, mais une ap­pli­ca­tion, elle aus­si bap­ti­sée Google Wi­Fi. Ce qui si­gni­fie qu’il se­ra im­pos­sible d’ins­tal­ler le rou­teur sans un smart­phone. Une ta­blette peut aus­si faire l’af­faire, mais il faut si­gna­ler que l’ap­pli­ca­tion n’a pas de ver­sion iPad, né­ces­si­tant de pas­ser par la mou­ture taillée pour l’iP­hone. Ce qui n’est dé­fi­ni­ti­ve­ment pas pra­tique… Mais le pa­ra­mé­trage du Google Wi­Fi nous a pris 5 mi­nutes et 30 se­condes montre en main, et l’ajout d’un noeud sur le ré­seau se fait en quelques se­condes. No­tons tou­te­fois qu’un compte Google est obli­ga­toire et que la connexion au ser­vice de Moun­tain View est constante. Si le Google as­sure ne pas col­lec­ter de don­nées de na­vi­ga­tion, uni­que­ment les in­for­ma­tions re­la­tives au ma­té­riel et au ré­seau (désac­ti­vable via les pa­ra­mètres de l’app), ce­la risque d’en faire fuir cer­tains.

MODES IN­VI­TÉ ET FA­MILLE

L’ap­pli­ca­tion pro­pose cer­taines fonc­tion­na­li­tés fort in­té­res­santes. On peut ain­si dé­fi­nir des plages ho­raires de dé­con­nexion ou cou­per le ré­seau ma­nuel­le­ment quand bon nous semble. Pra­tique pour em­pê­cher les en­fants de sur­fer jusque tard dans la nuit ou em­bê­ter les autres membres du foyer en in­ter­rom­pant le char­ge­ment d’une vi­déo. Google Wi­Fi af­fiche éga­le­ment les ter­mi­naux connec­tés et per­met d’en prio­ri­ser cer­tains, pour un temps. L’ap­pli­ca­tion est ca­pable aus­si semble-t-il de contrô­ler les ob­jets connec­tés de la mai­son, ce que nous n’avons pas pu tes­ter faute de fri­go, am­poules et autres dis­po­si­tifs connec­tés. En­fin, on ap­pré­cie­ra par­ti­cu­liè­re­ment la pos­si­bi­li­té de créer un ré­seau in­vi­té avec un cer­tain nombre de per­mis­sions et de res­tric­tions, ce qui évite d’avoir à don­ner le mot de passe (fort com­pli­qué) gé­né­ral du ré­seau. Les op­tions sont simples d’ac­cès, ce qui se ré­vé­le­ra éga­le­ment un in­con­vé­nient pour les plus tech­ni­ciens d’entre nous. Cer­tains ré­glages avan­cés ne sont pas dis­po­nibles. Ain­si, pas de chan­ge­ment de l’IP par dé­faut, de pa­ra­mé­trages pous­sés des ports ou de fil­trage MAC. Néan­moins ce n’est pas l’ob­jec­tif de Google avec cet ap­pa­reil. Rap­pe­lons qu’il s’agit d’un rou­teur des­ti­né au grand pu­blic, à ceux qui veulent pou­voir étendre ou amé­lio­rer leur ré­seau Wi­Fi en deux temps trois mou­ve­ments. Et, pour cette seule fonc­tion, il vaut bien son prix.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.