Plom­biers du Numérique : l’école de la deuxième chance

Cha­peau­té par la fon­da­tion Im­pa­la Ave­nir, l’école des plom­biers du Numérique a vo­ca­tion à for­mer des jeunes dé­sco­la­ri­sés afin de ré­pondre aux be­soins des en­tre­prises.

L'Informaticien - - SOMMAIRE -

Des té­lé­coms à la phi­lan­thro­pie, il n’y a qu’un pas. C’est ce que vient de prou­ver Flo­rian du Boÿs : fon­da­teur de Neo Te­le­com en 2003, il re­vend son en­tre­prise à l’Amé­ri­cain Zayo en 2014. Il quitte l’aven­ture dé­but 2017 pour se consa­crer plei­ne­ment, avec son épouse Cra­ma, à la fon­da­tion Im­pa­la Ave­nir qu’ils ont dé­ve­lop­pée. « J’y suis dé­sor­mais en­ga­gé à 100 %, avec comme but l’en­tre­pre­neu­riat so­cial et l’au­to­no­mi­sa­tion des plus dé­mu­nis » , nous ex­plique- t-il. Si la fon­da­tion re­cense dé­jà de mul­tiples pro­jets, l’un d’entre eux nous a in­té­res­sé : l’école des plom­biers du Numérique.

Ren­contres entre jeunes et en­tre­prises

Chaque an­née, 120 000 jeunes en­vi­ron sortent du sys­tème sco­laire sans di­plôme. Et pour ce spé­cia­liste des té­lé­coms, il semble na­tu­rel de tra­vailler sur ce sec­teur. « Ve­nant du monde numérique, j’ai dé­cou­vert que

l’in­ser­tion et le numérique ne se ren­con­traient ja­mais et pas

saient l’un à cô­té de l’autre ! » , ana­lyse-t-il. Et ce­la se confirme au­près des en­tre­prises qui ont des be­soins hu­mains qui sont mal, voire pas du tout as­sou­vis. Il crée alors l’école, en s’ap­puyant sur le ré­seau de l’école de la Deuxième chance (E2C), une ini­tia­tive d’Édith Cres­son. Trois mo­dules ont donc été mis sur pied : dé­ploie­ment fibre op­tique, rack et câ­blage, ad­mi­nis­tra­tion ré­seau simple. « On se rend compte que ce sont souvent les in­gé­nieurs qui viennent ra­cker des ser­veurs alors que ce n’est pas leur tra­vail » , pour­suit Flo­rian du Boÿs. Chaque mo­dule dure trois mois et le pre­mier ci­té est lan­cé en ce mois de sep­tembre 2017. « L’en­semble de nos en­tre­prises adhé­rentes ont de grandes difficultés à re­cru­ter des pro­fes­sion­nels du dé­ploie­ment op­tique pour ré­pondre aux ob­jec­tifs as­si­gnés par le pro­jet France Très Haut Dé­bit qui re­cense le nombre de for­ma­tions né­ces­saires à 40 000 d’ici à 2022 » , com­mente Étienne Du­gas, pré­sident de la Fi­rip, le­quel sou­tien cette ini­tia­tive. Des en­tre­prises comme Co­vage ou Axione sup­portent elles aus­si le pro­jet. Pour le mo­ment, un an­cien de Tel­ci­té – l’opé­ra­teur d’in­fra­struc­tures de la RATP – for­me­ra la pre­mière pro­mo­tion. Flo­rian du Boÿs a trou­vé les fi­nan­ce­ments 2017, mais pas

en­core pour 2018. « Nous cher­chons d’autres ins­truc­teurs. Et nous es­pé­rons faire du bruit pour at­ti­rer les jeunes » , confiet-il en­core. ❍

Flo­rian et Cra­ma du Boÿs ont créé en­semble la fon­da­tion Im­pa­la Ave­nir, la­quelle sou­haite no­tam­ment for­mer des « plom­biers » du Numérique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.