OpenText pour­suit sa trans­for­ma­tion

À l’oc­ca­sion d’En­ter­prise World 17, Mark Bar­re­ne­chea, CEO d’OpenText, est re­ve­nu sur la place de l’édi­teur dans la trans­for­ma­tion numérique des en­tre­prises. Il a dé­taillé l’an­nonce de Ma­gel­lan, plate-forme ana­ly­tique pour sa suite de ges­tion de l’in­for­mat

L'Informaticien - - SOMMAIRE - ❍ B. G.

De­vant près de cinq mille par­ti­ci­pants dont quatre cents par­te­naires, le CEO d’OpenText a in­sis­té sur le rôle que tient la marque dans la trans­for­ma­tion des en­tre­prises, dans un monde construit au­tour des do­cu­ments et des in­for­ma­tions. Il a sou­li­gné la place pré­pon­dé­rante que joue la ver­sion 16 de la suite de l’édi­teur pour de­ve­nir le ré­seau d’in­for­ma­tion de l’en­tre­prise, quelle que soit la source in­terne ou ex­terne. Ce ré­seau s’étend aux nou­veaux en­vi­ron­ne­ments comme l’In­ter­net des ob­jets. OpenText IoT est ca­pable d’in­gé­rer des milliards de mes­sages en pro­ve­nance des ap­pa­reils connec­tés au tra­vers de pro­to­coles stan­dard et de pro­po­ser de dé­clen­cher des ac­tions par des règles ou des pro­ces­sus au­to­ma­ti­sés dans un lo­gi­ciel com­pa­gnon (Co­vi­sint). OpenText étend son champ d’ac­tion avec AppWorks, un lo­gi­ciel qui per­met de dé­ve­lop­per ra­pi­de­ment des ap­pli­ca­tions avec un code sim­pli­fié en com­plé­ment de la plate-forme de ges­tion de l’in­for­ma­tion de l’édi­teur. Pro­po­sée en SaaS avec près de cinq cents API dont cent nou­velles à son ca­ta­logue, Appworks est fa­ci­le­ment por­table et per­met d’écrire l’ap­pli­ca­tion une seule fois tout en la por­tant sur de mul­tiples en­vi­ron­ne­ments.

Ma­gel­lan est disponible

Comme il avait été an­non­cé au prin­temps, Ma­gel­lan est disponible. La so­lu­tion ana­ly­tique de l’édi­teur se veut le fu­tur d’Ac­tuate, la BI open source ac­quise il y a quelques an­nées, en y ajou­tant les pos­si­bi­li­tés de Spark et de Nstein – ana­lyse sé­man­tique à la Wat­son d’IBM. Les en­tre­prises peuvent uti­li­ser la plate-forme avec leurs propres al­go­rithmes grâce au sup­port de R et d’autres lan­gages comme Ja­va et Py­thon via la li­braire MLib. En el­le­même, la plate-forme ne pro­pose rien de bien nou­veau com­pa­ra­ti­ve­ment à ce qui avait été an­non­cé l’an­née der­nière. La sur­prise est ve­nue de la cer­ti­fi­ca­tion de la plate-forme pour une ap­pliance sur des ser­veurs x86 stan­dard sur des Xeon I5 et des SSD de com­mo­di­tés en vue de four­nir une so­lu­tion in­té­res­sante en termes de coûts face à la concur­rence, en­ten­dez Wat­son. Au pas­sage, les an­nonces au­tour de Ma­gel­lan sont la pre­mière étape du pro­jet Banff, qui re­pré­sente le fu­tur de la plate-forme. Il en est de même pour le pro­jet Ban­da­roo, qui de­vrait ré­vo­lu­tion­ner les ou­tils col­la­bo­ra­tifs. Le fu­tur proche de l’édi­teur a pour li­mite oc­tobre pro­chain avec la sor­tie d’EP 3, la pro­chaine ver­sion de la plate-forme d’OpenText. À plus long terme, la plate-forme de l’édi­teur évo­lue vers tou­jours plus de pos­si­bi­li­tés dans le Cloud et se concentre sur un mo­dèle hy­bride de l’en­tre­prise où tous les do­cu­ments n’iront pas né­ces­sai­re­ment dans le Cloud. L’ar­chi­tec­ture va évo­luer vers une mise en oeuvre par mi­cro­ser­vices s’ap­puyant sur une couche d’in­té­gra­tion four­nie par des API REST. La plate-forme vise à la fois la sim­pli­fi­ca­tion et la conso­li­da­tion en pre­nant la forme d’un hub pour tous les for­mats de don­nées ou do­cu­ments avec la pos­si­bi­li­té de per­son­na­li­ser ou de ver­ti­ca­li­ser fa­ci­le­ment. Et ce­ci grâce à Appworks dont des ver­sions in­ter­mé­diaires (16.3 et 16.4) vont s’éta­ler d’ici à la fin de 2018 avec de nou­velles ap­pli­ca­tions en SaaS. Dif­fé­rents élé­ments de la plate-forme Banff sont dé­jà en place avec Ma­gel­lan pour l’ana­ly­tique, Core et Leap pour l’ar­chi­tec­ture, et People Cen­ter et de nou­velles API pour les ap­pli­ca­tions na­tives dans le Cloud. L’édi­teur nous a ha­bi­tués à une grande ri­gueur dans le dé­ve­lop­pe­ment. Et, comme à son ha­bi­tude, les plan­nings de­vraient donc être te­nus.

Mark Bar­re­ne­chea in­ter­vient pen­dant un point presse, à To­ron­to, lors d’En­ter­prise World 2017.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.