Sexisme : Google ne manque pas Da­more

L'Informaticien - - L’ESSENTIEL -

C’est le feuille­ton de l’été : au dé­but août, Google a mis à la porte un em­ployé au­teur d’un mé­mo­ran­dum d’une di­zaine de pages, dif­fu­sé en in­terne, ex­pli­quant pour­quoi il y aus­si peu de femmes in­gé­nieures et qui at­teignent des postes à haute res­pon­sa­bi­li­té. La ré­ac­tion de Google a lar­ge­ment été com­men­tée pen­dant l’été, mais la po­lé­mique s’est quant à elle ré­pan­due bien au-de­là des murs de Google. L’em­ployé James Da­more, qui tra­vaillait au QG de Moun­tain View, a d’ailleurs re­çu de nom­breux sou­tiens alors que le texte est ob­jec­ti­ve­ment sexiste. Dans le texte il fait part de ses ré­flexions sur les dif­fé­rences bio­lo­giques entre hommes et femmes, ces der­nières étant plus « tour­nées vers les sen­ti­ments et les choses es­thé­tiques

que les idées » . Le mé­mo, ra­pi­de­ment ren­du pu­blic, a au moins le mé­rite d’ap­puyer là où ça fait mal : sur un sexisme ex­trê­me­ment pré­sent aux États-Unis dans la Si­li­con Val­ley et dans le monde de l’IT au sens large. Google a été obli­gé de se dé­fendre, suite au

dé­part for­cé de James Da­more. En ef­fet, ce der­nier re­proche au géant du Web d’être « po­li

ti­que­ment cor­rect » et, pire, de mu­se­ler ceux qui ne pen­se­raient pas « comme il faut » . Le PDG de Google, Sun­dar Pi­chai, a lui aus­si pris la plume pour ten­ter d’éteindre toutes les po­lé­miques, le 8 août der­nier. « Sug­gé­rer qu’un groupe de nos col­lègues a des traits qui les rendent bio­lo­gi­que­ment moins adap­tées à ce

tra­vail est of­fen­sant » , écri­vait-il. Face à ce qu’il consi­dère comme un dé­ra­page, le fon­da­teur de Wi­kiLeaks, Ju­lian As­sange, a aus­si­tôt pro­po­sé un tra­vail à James Da­more. En­fin, comme un der­nier af­front à Google, James Da­more a chan­gé sa pho­to de pro­fil Twit­ter, ar­bo­rant un t-shirt aux cou­leurs de Google, mais sur le­quel on peut lire « Goo­lag » .

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.