DEV

L’IA temps réel grâce aux FPGA

L'Informaticien - - SOMMAIRE - E. E.

L’édi­teur vient de dé­voi­ler une plate- forme qui, ba­sée sur des com­po­sants FPGA ( Field Pro­gram­mable Gate Ar­rays), se veut une ar­chi­tec­ture ré­fé­rente pour les sys­tèmes de deep lear­ning dans le Cloud.

Les travaux de re­cherche sur les FPGA ( Field Pro­gram­mable Gate Ar­rays) ont dé­bu­té en 2012 chez Microsoft. Nous vous ra­con­tions d’ailleurs en fin d’an­née der­nière l’his­toire éton­nante de la nais­sance de cette tech­no­lo­gie. L’avan­tage de ces puces est d’être re­pro­gram­mables en plus de pro­po­ser des taux d’En­trées/ Sor­ties et une puis­sance de cal­cul très per­for­mants par exemple. « C’est dé­sor­mais l’ar­chi­tec­ture stan­dard de Microsoft dans le monde » , af­fir­mait il y a quelques mois le cher­cheur Doug Bur­ger. Les puces FPGA PGA ont dé­jà com­men­cé à être im­plan­tées dans les ser­veurs eurs Azure – on parle de cen­taines aines de mil­liers – et concer­ne­ront ont à terme l’en­semble des ser­veurs veurs Microsoft. Et, dé­sor­mais, l’édi’ édi­teur ac­cé­lère avec la pré­se­né­sen­ta­tion de Brain­wave, qui i est une plate- forme qui per­met rmet aux dé­ve­lop­peurs de dé­ploye­royer des mo­dèles de ma­chine/ deep lear­ning en pro­fi­tant de très hautes per­for­mances ; bien au- de­là de ce que pro­posent les CPU et GPU ac­tuels. « Le Pro­jet Brain­wave est un grand pas en avant dans la per­for­mance et la flexi­bi­li­té pour le ser­vice ba­sé sur le Cloud des mo­dèles d’ap­pren­tis­sage en pro­fon­deur » , se ré­jouit Doug Bur­ner, in­gé­nieur chez Microsoft, « Nous avons conçu le sys­tème pour l’IA en temps réel, ce qui si­gni­fie que le sys­tème traite les re­quêtes aus­si ra­pi­de­ment qu’il les re­çoit, avec une la­tence ul­tra- basse. »

Brain­wave- as - a- Ser­vice ?

Microsoft a réa­li­sé son an­nonce lors de la confé­rence Hot Chips. Il l’a ac­com­pa­gné d’une dé­mons­tra­tion avec un com­po­sant FPGA In­tel Stra­tix 10 ( conçu par Al­te­ra, la plus grosse ac­qui­si­tion de l’his­toire d’In­tel réa­li­sée en 2015) ca­pable de gé­rer jus­qu’à 39,5 Te­ra­flops. Grâce à ces vi­tesses de trai­te­ment, Microsoft n’hé­site pas à par­ler de Brain­wave comme d’une plate- forme pour l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle temps réel. Par ailleurs, elle se targue de pou­voir exé­cu­ter plus de 130 000 opé­ra­tions de cal­cul par cycle. Une offre Brain­wave-as- aSer­vice pour­rait voir le jour sur le Cloud Azure. Pour l’édi­teur, c’est en tout cas un grand pas en avant et, sur­tout, la confir­ma­tion que les FPGA fe­ront par­tie de l’ave­nir en ma­tière de trai­te­ment de l’IA au sens large. D’au­tant que Microsoft n’est pas le seul à tra­vailler sur du ma­té­riel dé­dié à l’IA : Google dis­pose quant à lui de TPU ( Ten­sor Pro­ces­sing Unit), une puce ASIC mai­son qui a no­tam­ment ser­vi aux ré­centes per­for­mances d’Al­phaGo. ❍

La pla­te­forme FPGA com­plète est dé­jà uti­li­sée par Microsoft pour ses propres be­soins.

La puce Stra­tix 10 conçue par In­tel.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.