E- com­merce : faut- il in­té­grer Bit­coin sur sa pla­te­forme ?

Faut- il in­té­grer Bit­coin sur sa plate- forme ? L’in­té­rêt crois­sant pour les cy­ber­mon­naies et l’in­fla­tion ré­cente du cours du Bit­coin conduisent à se po­ser une ques­tion : faut- il – et si oui, comment ? – au­to­ri­ser les paie­ments en Bit­coins sur vos plate

L'Informaticien - - SOMMAIRE - E. E.

En France, ils sont nom­breux à avoir fait le pas : des di­zaines de sites web et plates- formes d’e- com­merce au­tor isent dé­jà les paie­ments en Bit­coins. Dans le monde, plus de 100 000 sites sont dé­sor­mais « com­pa­tibles » . Mais il faut être hon­nête : rares sont en­core les grandes ré­fé­rences à avoir suc­com­bé aux charmes de la cy­ber­mon­naie la plus connue du monde. Nous pou­vons tou­te­fois ci­ter quelques marques ré­pu­tées comme le voya­giste Ex­pe­dia, le spé­cia­liste des ventes pri­vées ShowRoomP­rive. com mais aus­si Mi­cro­soft. Des plates- formes d’e- com­merce pro­posent éga­le­ment l’in­té­gra­tion de Bit­coin : c’est le cas de Sho­pi­fy, éga­le­ment du cé­lèbre Ma­gen­to via un simple plu­gin. Mais avec une cy­ber­mon­naie dont le cours fluc­tue à vi­tesse grand V, faut- il vrai­ment se lan­cer ?

Rien d’illé­gal

Au­cun gou­ver­ne­ment et ré­gu­la­teur de par le monde n’a pour le mo­ment re­con­nu lé­ga­le­ment et of­fi­ciel­le­ment les cy­ber­mon­naies. Hor­mis pour quelques ini­tiés, l’im­pact est donc li­mi­té mais il n’y a pour l’heure rien d’illé­gal – en France - à pro­po­ser les paie­ments en Bit­coins. Les plates- formes de paie­ment s’y mettent d’ailleurs dou­ce­ment : le très cé­lèbre Stripe pro­pose cette op­tion à ses clients et a même sim­pli­fié à l’ex­trême son in­té­gra­tion. En France, Pay­mium pro­pose lui aus­si d’in­té­grer l’op­tion en quelques mi­nutes. Tous mettent en avant des avan­tages comme la conver­sion im­mé­diate en eu­ros, la gra­tui­té de l’op­tion mais aus­si 0 % de frais de com­mis­sion sur les tran­sac­tions. Ce­ci est ef­fec­ti­ve­ment un ar­gu­ment qui peut être re­gar­dé à la loupe, no­tam­ment pour les e- com­mer­çants qui vendent beau­coup à l’étran­ger et pour les­quels ce­la pour­rait re­pré­sen­ter une vé­ri­table éco­no­mie, en évi­tant de pas­ser par un in­ter­mé­diaire ban­caire. Autre pro­blème : les rem­bour­se­ments ; qui ne sont pas viables sur un site d’e- com­merce. De plus, il ne faut pas ou­blier que le Bit­coin est mé­con­nu et qu’il fait en­core peur. Pour mé­moire, à la mi- oc­tobre la ca­pi­ta­li­sa­tion du Bit­coin qui frô­lait les 100 mil­liards de dol­lars, soit plus que pour Mor­gan Stan­ley ou Gold­man Sachs. Mais c’est dans les an­nées à ve­nir que les paie­ments en Bit­coin de­vien­dront in­té­res­sants. « Les paie­ments P2P sont dé­jà ex­pé­ri­men­tés grâce à la tech­no­lo­gie blo­ck­chain, et l’adop­tion de­vrait s’ac­cé­lé­rer dans le fu­tur » , peut- on lire dans le World Pay­ments Re­port 2017 de Cap­ge­mi­ni. Mais, sur­tout, l’ar­ri­vée pro­chaine sur Bit­coin des paie­ments dits « off chain » per­met­tra d’au­to­ri­ser ce qu’on ap­pelle les « mi­cro- paie­ments » . Ils pour­raient ré­vo­lu­tion­ner les usages en ou­vrant de nou­velles pos­si­bi­li­tés : paie­ment à l’usage – pour un té­lé­char­ge­ment par exemple –, ou pour vi­sion­ner des mi­nutes d’une vi­déo, etc. La start- up Sa­to­shiPay. io s’est fait le fer de lance de ce mou­ve­ment. ❍

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.