He­len MACDONALD

Prix du meilleur livre étran­ger en 2016, ce ré­cit ma­gis­tral est plus qu’une simple his­toire de deuil.

Lire - - Des Nouveautés - HHHH M pour Ma­bel par He­len Macdonald, tra­duit de l’an­glais (Etats-Unis) par Ma­rie-Anne de Bé­ru, 408 p., 10/18, 8,40 €. En li­brai­rie le 7 sep­tembre.

He­len a per­du son père de fa­çon bru­tale. L’homme, pho­to­jour­na­liste, est tom­bé sur l’as­phalte lon­do­nien pour ne plus ja­mais se re­le­ver – em­por­té par une crise car­diaque. Ce « plus ja­mais » plonge la nar­ra­trice, brillante uni­ver­si­taire et en­sei­gnante à Cam­bridge, dans une grave dé­pres­sion. Quatre mois à peine après ce ter­rible cha­grin, He­len, qui est aus­si fau­con­nier, dé­cide de dres­ser un au­tour qu’elle nom­me­ra Ma­bel (d’ama­bi­lis : ai­mable). Com­mence alors un lent pro­ces­sus de gué­ri­son as­so­cié au ra­pace, mais aus­si à la na­ture sau­vage et à la lec­ture d’un ou­vrage – L’Au­tour de T. H. White. Comme une longue tra­ver­sée, où Ma­bel fait sym­bo­li­que­ment lien, sorte de « mes­sa­ger entre ce monde-ci et l’au-de­là », He­len pas­se­ra par dif­fé­rents sen­ti­ments. D’abord la dou­leur et sa cui­rasse de si­lence, puis la co­lère – avec, en fi­li­grane, l’es­poir se­cret d’un re­tour du père mort, et, en­fin, l’amour apai­sé. Au tra­vers d’une écri­ture ca­thar­tique, l’au­teure ré­vèle un sens du dé­tail et de l’es­thé­tique tout en fi­nesse. Elle trans­cende son deuil par ses mots qui font écho à un cri élé­giaque, ce­lui de l’hu­ma­ni­té même et de son His­toire. « Res­pec­ter les vi­vants. Ho­no­rer les morts », loin d’être un éloge fu­nèbre, M pour Ma­bel est une bou­le­ver­sante ode à la vie. Cé­line Ro­man

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.