En os troubles

Lire - - Romansétrangers -

De­puis Un pied au pa­ra­dis, pa­ru en 2002, Ron Rash pour­suit sa quête in­ti­miste, his­to­rique mais aus­si po­li­tique des Ap­pa­laches, sa ré­gion na­tale. Choi­sis­sant chaque fois des époques dif­fé­rentes, il creuse sa terre, scrute la na­ture, la sau­va­ge­rie des hommes et leur éter­nel dé­sir de chan­ge­ment. Par le vent pleu­ré pour­suit cette fouille so­ciale et lit­té­raire, plon­geant un été 1969 dans une ri­vière où deux frères, Bill et Eu­gène, vont pê­cher. Les hip­pies, la drogue et la li­ber­té sexuelle du « Sum­mer of Love » ne sont pas en­core ar­ri­vés chez eux, car le grand-père, mé­de­cin tout-puis­sant, ne le com­pren­drait pas. Mais les gar­çons vont croi­ser une jeune fille, Li­geia, si­rène aux seins nus, libre et dis­po­nible, et les voi­là bou­le­ver­sés, le temps d’une sai­son, avant qu’elle ne dis­pa­raisse. Qua­rante ans plus tard, on re­trouve une poi­gnée d’os­se­ments dans la Tu­cka­se­gee. Bill et Eu­gène vont de­voir ré­gler les comptes de leur jeu­nesse, révéler leurs se­crets et leurs men­songes. Mé­lan­co­lique comme l’ado­les­cence, ce beau ro­man noir est d’abord une his­toire de fra­trie mais aus­si une ré­flexion sur l’édu­ca­tion, le poids des tra­di­tions fa­mi­liales, la ma­nière dont on peut s’en échap­per ou s’y en­fer­mer en croyant do­mi­ner sa peur. Ch­ris­tine Fer­niot

Par le vent pleu­ré (The Ri­sen) par Ron Rash, tra­duit de l’an­glais (Etats-Unis) par Isa­belle Rein­ha­rez, 210 p., Seuil, 19,50 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.