Béa­ti­fi­ca­tion

Lire - - Théâtre - de

Nous avons tous en­core à l’oreille la voix de Mal­raux in­vi­tant le hé­ros et mar­tyr de la Ré­sis­tance Jean Mou­lin à en­trer au Pan­théon. Grâce au théâtre et à l’au­teur Jean-Ma­rie Bes­set, place à la voix dou­lou­reuse, pas­sion­née et in­domp­table du chef de la Ré­sis­tance lui-même.

L’épreuve de Jean Mou­lin, Evan­gile n’était pas ga­gnée d’avance. Tant de per­son­nages de l’His­toire ont été tra­his voire ri­di­cu­li­sés en res­sus­ci­tant sur scène. Le dra­ma­turge a par­fai­te­ment évi­té le piège de la pros­ter­na­tion de­vant Mou­lin qui n’était d’abord qu’un homme d’une qua­ran­taine d’an­nées ayant au coeur un amour im­mo­dé­ré de la France et de la Li­ber­té. Au dé­but de la re­pré­sen­ta­tion, on re­doute le par­ti-pris de l’au­teur qui, en dé­cou­pant le des­tin du fa­meux ré­sis­tant en sé­quences, ris­quait de trans­for­mer cette tra­gé­die en bande des­si­née. Mais non : c’est un Jean Mou­lin pré­sent, vi­vant, ar­dent qui ap­pa­raît face aux que­relles po­li­ti­ciennes de la Ré­sis­tance ; face à Fre­nay, Bros­so­lette, de Bé­nou­ville ; face à Re­né Har­dy le Ju­das, à Klaus Bar­bie le bour­reau. Et face à de Gaulle, le chef.

Mal­gré le titre pieux, ce n’est pas une lé­gende do­rée que Bes­set nous ra­conte mais une his­toire d’hommes ayant peur de souf­frir et de mou­rir. Voi­là un pas­sion­nant et bou­le­ver­sant spec­tacle. Les ac­teurs, non pas des ve­dettes, sont de jeunes co­mé­diens pleins d’une hu­mi­li­té bien­ve­nue. Et par­ti­cu­liè­re­ment Ar­naud De­nis en Jean Mou­lin de chair et de feu, Ch­loé Lam­bert in­ter­pré­tant sa soeur Laure et un de Gaulle, Ste­phane Dausse, im­pres­sion­nant. Comme il se doit…

Au centre de la scène: Ar­naud De­nis in­ter­pré­tant Jean Mou­lin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.