Catherine Millet *

Lire - - Le Trésor Caché De… -

L’au­teure de La Vie sexuelle de

Catherine M. nous re­com­mande de dé­cou­vrir, dans l’oeuvre de D.H. La­wrence, le mé­con­nu Femmes amou­reuses. « M ême si Femmes amou­reuses n’est pas le livre le plus connu de D.H. La­wrence, c’est pro­ba­ble­ment ce­lui que je conseille­rais si l’on veut dé­cou­vrir cet im­mense écri­vain. Dans cet ou­vrage, La­wrence étu­die de très près la psy­cho­lo­gie et la sexua­li­té fé­mi­nines. C’est un thème qui m’est cher, et l’une des rai­sons qui m’ont ame­né à m’in­té­res­ser à cet au­teur pour mon nou­vel es­sai : Ai­mer La­wrence. Femmes amou­reuses met en pa­ral­lèle deux his­toires de femmes, Ur­su­la et Gu­drun, au tra­vers de leur vie amou­reuse. La pre­mière fi­nit ma­riée, la se­conde pousse son amant au sui­cide.

Le ro­man plonge ain­si dans la psy­ché fé­mi­nine, mais il est aus­si pré­texte à dé­crire le bas­cu­le­ment de l’An­gle­terre d’une éco­no­mie ba­sée sur l’agri­cul­ture à un pays en­va­hi par l’ex­ploi­ta­tion mi­nière. Le sous-texte social et po­li­tique est ici es­sen­tiel. La­wrence est un fils de mi­neur, et il reste très pré­oc­cu­pé par de nom­breuses ques­tions éco­no­miques et so­cié­tales. Il dé­peint la mu­ta­tion de ce pays avec d’ad­mi­rables des­crip­tions de pay­sages. L’écri­vain met beau­coup de lui­même dans ce texte. On re­con­naît dans le per­son­nage de Ru­pert Bir­kin, l’amant d’Ur­su­la, son au­to­por­trait tout en dé­ri­sion, très iro­nique : voi­là un in­tel­lec­tuel qui se targue de faire la mo­rale à tout le monde…

Dans cette fic­tion, l’au­teur de L’Amant de La­dy Chat­ter­ley met brillam­ment en évi­dence la ma­nière dont cer­taines femmes se dé­battent entre leurs dé­si­rs de li­ber­té, d’éman­ci­pa­tion, et leurs re­la­tions amou­reuses. A ce titre, le per­son­nage de Gu­drun est exem­plaire : dé­vo­rée par des dé­si­rs contra­dic­toires, elle de­vient d’une telle cruau­té envers son amant qu’il fi­nit par se sui­ci­der. Ce livre m’a fait ré­flé­chir sur moi-même car je me suis iden­ti­fiée au per­son­nage de Gu­drun – dans son rap­port à la sexua­li­té comme dans sa ca­pa­ci­té à se dé­dou­bler. Elle a cette fa­cul­té de vivre les si­tua­tions comme si elle était au ci­né­ma. Cette dis­tance par rap­port aux évè­ne­ments la prive for­cé­ment de beau­coup de spon­ta­néi­té… C’est un trait de ca­rac­tère dans le­quel je me suis re­con­nue. » Pro­pos re­cueillis par Catherine Sa­li­ce­ti

* Der­nier livre pa­ru: Ai­mer La­wrence (Flam­ma­rion)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.