To­kyo blues

Hi­déo YO­KOYA­MA Une im­mer­sion dans la so­cié­té japonaise avec un mys­té­rieux meurtre ja­mais ré­so­lu.

Lire - - Romansfrançais -

Six- quatre est le nom de code d’une af­faire non ré­so­lue. En l’an 64 du règne de l’em­pe­reur Shô­wa, soit en 1989, une fillette fut en­le­vée puis as­sas­si­née près de To­kyo, après le ver­se­ment d’une ran­çon. Le temps a pas­sé, l’em­pe­reur a chan­gé, mais on cherche tou­jours l’as­sas­sin. Du moins, c’est ce que le com­mis­saire Mi­ka­mi, char­gé des re­la­tions pu­bliques, doit af­fir­mer aux jour­na­listes. Qua­torze ans après les faits, la po­lice ne baisse tou­jours pas les bras. Or, notre en­quê­teur n’a pas la vie fa­cile, entre sa fille fu­gueuse, sa femme dé­pres­sive, ses col­lègues mé­pri­sants et une nou­velle af­faire de rapt qui ne va rien ar­ran­ger. Plus en­core qu’une en­quête po­li­cière au cor­deau, Six-quatre est un étrange voyage dans l’es­prit nip­pon où chaque at­ti­tude est sur­veillée, co­dée, pe­sée. Hi­déo Yo­koya­ma, qui fut long­temps jour­na­liste d’in­ves­ti­ga­tion, dé­crit un quo­ti­dien do­mi­né par la loi du si­lence. Mi­ka­mi, à la fois hé­si­tant et obs­ti­né, est ce­pen­dant plus roué qu’il n’y pa­raît, par­ve­nant à dé­pla­cer les pions d’un échi­quier social bé­ton­né où flics, presse et po­li­tiques ri­va­lisent de mé­dio­cri­té.

Ch­ris­tine Fer­niot

HH Six-quatre par Hi­déo Yo­koya­ma, tra­duit du ja­po­nais par Jacques Lal­loz, 624 p., Lia­na Le­vi, 23 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.