Jour de peine

Lire - - Extrait Polar -

— Qu’est-ce qui ne va pas, Ley­li? Vous êtes jo­lie. Vous avez trois jo­lis en­fants. Bam­by, Al­pha, Ti­diane. Vous vous en êtes bien sor­tie.

— Bien sor­tie ? Ce sont les ap­pa­rences, tout ça. Du vent. Non, oh non, nous ne for­mons pas une jo­lie fa­mille. Il nous manque l’es­sen­tiel. — Un pa­pa? Ley­li lâ­cha un pe­tit rire. — Non, non. Un pa­pa, ou même plu­sieurs, on peut bien s’en pas­ser, tous les quatre. — Qu’est-ce qu’il vous manque, alors ? Les yeux de Ley­li s’en­trou­vrirent, comme un store qui laisse fil­trer un rayon de so­leil et éclaire une chambre sombre, trans­forme en étoiles la pous­sière.

— Vous êtes bien in­dis­cret, cher mon­sieur. On se connaît à peine, et vous croyez que je vais vous ré­vé­ler mon plus grand se­cret?

Il ne ré­pon­dit rien. Le store des yeux de Ley­li s’était dé­jà re­fer­mé, re­plon­geant l’al­côve dans l’obs­cu­ri­té. Elle se tour­na vers la mer, cra­cha sa fu­mée pour noir­cir les nuages.

— C’est davantage qu’un se­cret, mon­sieur le pe­tit cu­rieux. C’est une ma­lé­dic­tion. Je suis une mau­vaise mère. Mes trois en­fants sont condam­nés. Mon seul es­poir est que l’un d’eux, l’un d’eux peut-être, échappe au sor­ti­lège. Elle fer­ma les yeux. Il de­man­da en­core : — Qui l’a lan­cé, ce sor­ti­lège ? Der­rière le vo­let clos de ses pau­pières gron­da l’éclair. — Vous. Moi. La terre en­tière. Per­sonne n’est in­no­cent dans cette af­faire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.