Un bol d’air frais

Une cu­rieuse vi­rée au­ver­gnate par l’au­teur de Mon grand ap­par­te­ment.

Lire - - Littératurefrançaise - Ch­ris­tian OS­TER Mas­sif cen­tral par 144 p., L’Oli­vier, 16 A.F.

vec Ch­ris­tian Os­ter, il faut s’at­tendre à tout. À em­prun­ter des routes si­nueuses. À être constam­ment sur­pris. Paul, le nar­ra­teur de son nou­veau ro­man, est un an­cien ar­chi­tecte qui a aban­don­né son mé­tier. Ce­lui-ci a éga­le­ment ces­sé d’ai­mer Maud. Une femme qui était pré­cé­dem­ment la com­pagne de Carl Den­ver. Pas le genre de type que l’on quitte, Carl Den­ver. Plu­tôt de ceux qui vous font peur, qui vous ob­sèdent, qui sont po­ten­tiel­le­ment dan­ge­reux… Paul a l’im­pres­sion de ne plus se re­con­naître. De se sen­tir ex­cen­tré. Comme « ex­pul­sé » de ce qu’il a été. Il res­sent un vif be­soin de par­tir de Pa­ris. L’en­ter­re­ment d’un ami et men­tor, dans le Mas­sif cen­tral, lui donne une des­ti­na­tion où al­ler. D’au­tant qu’il connaît un couple éta­bli dans le village de Saint-Sau­veur. Sur place, au lieu de se po­ser et de se res­sour­cer, il tourne en rond. Paul choi­sit de prendre un car pour Li­moges, à soixante-dix ki­lo­mètres de là, ville où il n’a ja­mais mis les pieds. Là, il tombe nez à nez avec un ca­ma­rade d’an­tan qui ha­bite une ca­bane per­chée sur un arbre. Avec le lan­ci­nant Mas­sif cen­tral, Ch­ris­tian Os­ter dé­sta­bi­lise plus que ja­mais le lec­teur. L’au­teur de Mon grand ap­par­te­ment (prix Mé­di­cis 1999) et de En ville ins­talle un cli­mat in­quié­tant qu’il ne cesse d’in­ten­si­fier sans avoir l’air d’y tou­cher. Le ré­sul­tat est aus­si gla­çant que fas­ci­nant.

Ch­ris­tian Os­ter,

HHHII

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.