La tête ailleurs

Un thril­ler pa­ra­noïaque, une fan­tai­sie his­to­rique et une fic­tion ex­pé­ri­men­tale nous mettent face aux règles de notre ima­gi­naire.

Lire - - Fantastique Romance - Dean KOONTZ - Sa­rah PER­RY - LUVAN Dark Web (The Silent Cor­ner) par tra­duit de l’an­glais (États-Unis) par Se­bas­tian Dan­chin, 418 p., L’Ar­chi­pel, 24

D’une fa­çon ou d’une autre, la réa­li­té est, pour par­tie, le fruit de notre ima­gi­na­tion, des élé­ments ex­té­rieurs se mê­lant à la sub­jec­ti­vi­té des in­di­vi­dus. Trois ro­mans, aux uni­vers ra­di­ca­le­ment dif­fé­rents, confirment cette hy­po­thèse. Qui n’a rien de com­plo­tiste.

S’il est l’un des écri­vains les plus po­pu­laires au monde (en par­ti­cu­lier aux États-Unis), Dean Koontz peine ce­pen­dant à s’im­po­ser comme une grande ve­dette en France, avec ses thril­lers mâ­ti­nés d’hor­reur et de science-fic­tion. Grâce à Dark Web, il lance au­jourd’hui une nou­velle sé­rie met­tant en scène le per­son­nage de Jane Hawk. Veuve d’un ma­rine qui s’est mys­té­rieu­se­ment don­né la mort, cette re­pré­sen­tante du FBI (en congé sans solde) s’in­té­resse à une étrange épi­dé­mie de sui­cides. Entre in­ves­ti­ga­tion sur le ter­rain et en­quête dans les re­coins les plus obs­curs de la Toile, cette femme obs­ti­née se pen­che­ra sur les des­seins de la firme du dé­nom­mé Ber­told Shen­neck et sur l’uti­li­sa­tion d’ef­frayants im­plants cé­ré­braux… Si les fi­celles de Dark Web s’avèrent gros­sières et s’il ne brille pas par­ti­cu­liè­re­ment par son style, le nou­veau Koontz montre tou­te­fois un in­dé­niable sa­voir-faire et ré­vèle, en creux, les res­sorts d’une cer­taine pa­ra­noïa amé­ri­caine.

L’hé­roïne du Ser­pent de l’Es­sex, Co­ra, est éga­le­ment en deuil de son époux. Mais il s’agit pour elle d’une li­bé­ra­tion. Car cette pas­sion­née de na­tu­ra­lisme quitte aus­si­tôt Londres en com­pa­gnie de son fils pour une pe­tite bour­gade qui, se­lon une lé­gende lo­cale, se­rait han­tée par une créa­ture ma­rine. Plé­bis­ci­té outre-Manche, ce beau ro­man de Sa­rah Per­ry se ré­ap­pro­prie ma­li­cieu­se­ment les codes de la fic­tion vic­to­rienne pour com­po­ser le su­blime por­trait d’une époque en plein bas­cu­le­ment, ain­si qu’une ré­flexion in­té­res­sante sur la foi.

En­fin, on ne sau­rait que trop re­com­man­der aux ama­teurs d’une lit­té­ra­ture de l’ima­gi­naire plus ex­pé­ri­men­tale le fas­ci­nant Sus­to de Luvan. L’au­teur dé­crit là une « uto­pie uni­ver­sa­liste fon­dée en Antarctique par les ré­fu­giés cli­ma­tiques de tous ho­ri­zons », et dont le des­tin de ses pro­ta­go­nistes est lié aux sou­bre­sauts d’un vol­can in­sai­sis­sable. Fai­sant se che­vau­cher les genres et les tech­niques lit­té­raires, Luvan – vé­ri­table dis­ciple d’An­toine Vo­lo­dine – se per­met toutes les au­daces pour nous plon­ger dans un monde en quête de re­pères qui, sans en avoir l’air, semble bien en écho avec le nôtre. Bap­tiste Li­ger

Sa­rah Per­ry, Dean Koontz,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.