Le peuple d’en bas

Les gens dits « or­di­naires » n’ont rien de ba­nal. C’est ce que dé­montre l’au­teur à tra­vers les oeuvres du psy­cha­na­lyste Donald Woods Win­ni­cott et de l’écri­vain George Or­well.

Lire - - Psy - Jean-Fran­çois LE GOFF

On les ap­pelle les gens or­di­naires1. Les obs­curs, les dé­clas­sés, igno­rés par ceux d’en haut, mé­pri­sés par la classe moyenne. Le psy­cha­na­lyste Jean-Fran­çois Le Goff a en­tre­pris, dans une lec­ture croi­sée du psy­cha­na­lyste Donald Woods Win­ni­cott et du cé­lèbre écri­vain George Or­well, de cer­ner la fi­gure de cette hu­ma­ni­té or­di­naire. Pé­diatre et psy­cha­na­lyste, le pre­mier je­ta une vive lu­mière sur le couple ori­gi­nel mère-nour­ris­son. Le se­cond – de son vrai nom Ar­thur Blair – s’in­té­res­sa vi­ve­ment aux in­vi­sibles. En tant que jour­na­liste, il fré­quen­ta les déshé­ri­tés de l’East End lon­do­nien, les mi­neurs du quai de Wi­gan, les SDF, les clo­dos, les pauvres des ban­lieues si bien dé­crits dans le livre Dans la dèche à Pa­ris et à Londres. Chez ces gens de peu, il fit l’étrange consta­ta­tion d’un noyau éthique in­tan­gible. Loyau­té, so­li­da­ri­té, gé­né­ro­si­té avaient ré­sis­té à la lutte fa­rouche pour la vie, au com­bat de tous contre tous. C’est ce qu’Or­well nomme la com­mon de­cien­cy, cette fa­meuse dé­cence com­mune ins­tinc­tive que cet ar­dent so­cia­liste en­ten­dait op­po­ser au so­cia­lisme au­to­ri­taire. De son cô­té, Win­ni­cott a lais­sé cette cé­lèbre for­mule de good en­ough mo­ther, de « mère suf­fi­sam­ment bonne ». Elle est as­su­ré­ment moins ba­nale qu’il n’y pa­raît. La jeune mère, d’en­trée de jeu, s’adapte à son pe­tit pour prendre soin de lui, lui sou­rire, mo­du­ler sa voix, sans la moindre in­jonc­tion mé­di­cale. La mère suf­fi­sam­ment bonne n’a be­soin d’au­cun conseil au­to­ri­sé et se garde bien de se vou­loir par­faite. Voi­là de quoi sont ca­pables les gens or­di­naires :rien moins que de la sau­ve­garde spon­ta­née de l’es­sen­tiel. Win­ni­cott l’ob­ser­va ra­pi­de­ment en tant que mé­de­cin, lui qui fut char­gé, plus tard, de l’éva­cua­tion des pe­tits Lon­do­niens pen­dant le Blitz de 1940. Or­well a ar­pen­té le monde, le sty­lo à la main ; Win­ni­cott fut un grand cli­ni­cien, un pé­do­psy­chiatre gé­nial. Ils eurent en com­mun une grande mé­fiance vis-à-vis des in­tel­lec­tuels. L’un par haine des chiens de garde du to­ta­li­ta­risme de gauche, de la ré­vo­lu­tion qui dé­vore ses en­fants ; l’autre par sa dé­fiance vis-à-vis des spé­cu­la­tions ti­rées au cor­deau. C’est, peut-être, le fa­meux prag­ma­tisme bri­tan­nique, bien éloi­gné d’un quel­conque sim­plisme. Avec Des gens or­di­naires, Jean-Fran­çois Le Goff nous montre que ces in­di­vi­dus consti­tuent le socle de toute so­cié­té dé­mo­cra­tique as­su­rée de ce qu’il faut de mo­rale mi­ni­male. Alain Ru­bens

À no­ter aus­si, sur un su­jet proche, la pa­ru­tion de La Bar­ba­rie des hommes or­di­naires de Da­niel Za­gu­ry (L’Ob­ser­va­toire).

Jean-Fran­çois Le Goff,

HHHHI Des gens or­di­naires. Avec George Or­well et Donald Woods Win­ni­cott

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.