Cock­tail exis­ten­tiel

Le cou­rant phi­lo­so­phique fon­dé par Jean-Paul Sartre ici vul­ga­ri­sé, avec in­tel­li­gence et pré­ci­sion, par une es­sayiste bri­tan­nique.

Lire - - Philo/ Idées - Sa­rah BA­KE­WELL Jean-Paul Sartre tra­duit de l’an­glais (Royaume-Uni) par Pier­reEm­ma­nuel Dau­zat, 512 p., Al­bin Mi­chel, 24,90

Àtous ceux qui se sont in­ter­ro­gés sur la for­mule « l’exis­tence pré­cède l’es­sence » , cet ou­vrage est fait pour vous ! Dé­jà connue pour son tra­vail sur Mon­taigne (Comment vivre ?), la Bri­tan­nique Sa­rah Ba­ke­well s’est pen­chée sur l’un de ses amours de jeu­nesse : l’exis­ten­tia­lisme. Loin d’être un énième es­sai pâ­teux sur le su­jet, Au ca­fé exis­ten­tia­liste : la li­ber­té, l’être et le cock­tail à l’abri­cot pro­pose, au contraire, une his­toire vi­brante et vi­vante, à la fois riche sur le fond et néan­moins agréable à la lec­ture.

L’au­teure re­com­pose tout d’abord l’arbre gé­néa­lo­gique de ce cou­rant phi­lo­so­phique hors norme. Ar­mée d’un évident ta­lent d’écri­ture, Ba­ke­well dé­cor­tique la pen­sée des pères fon­da­teurs de la doc­trine, Ed­mund Hus­serl et Mar­tin Hei­deg­ger, avant de s’at­ta­quer à celle des phi­lo­sophes de la « se­conde gé­né­ra­tion » : Jean-Paul Sartre, bien sûr, et la foule de théo­ri­ciens ayant gra­vi­té au­tour de lui (Si­mone de Beau­voir, mais aus­si Al­bert Ca­mus, Mau­rice Mer­leauPon­ty, Jean Ge­net et bien d’autres en­core).

Au fil de cette bouillon­nante his­toire de la pen­sée, Ba­ke­well n’ou­blie ja­mais de plan­ter, en ar­rière-plan, le dé­cor his­to­rique. Car l’exis­ten­tia­lisme est bel et bien né dans l’ombre de la Se­conde Guerre mon­diale et des hor­reurs du na­zisme. Avec élé­gance et pré­ci­sion, l’es­sayiste par­vient ain­si à res­sus­ci­ter des époques au­tant que des am­biances, de « l’at­mo­sphère ten­due et dé­bi­li­tante » à Pa­ris en 1939, aux caves en­fu­mées de SaintGer­main-des-Prés après la Li­bé­ra­tion. La force de Ba­ke­well est d’être par­ve­nue, dans ce livre, à com­men­ter et à rendre com­pré­hen­sibles des ré­flexions par­fois obscures, à l’image de cer­tains dé­ve­lop­pe­ments hei­deg­ge­riens, tout en ren­dant hom­mage aux hommes et aux femmes ca­chés der­rière les phi­lo­sophes. Pas d’exé­gèse en ef­fet ici de la vie amou­reuse et sexuelle des pen­seurs du xxe siècle, tout au plus l’au­teure se contente-t-elle de rap­pe­ler les liens qui les unissent – ces der­niers, souvent amis, se sont vo­lon­tiers in­fluen­cés les uns les autres. Cette ex­cel­lente vul­ga­ri­sa­trice a su in­sé­rer suf­fi­sam­ment de ro­ma­nesque et de vie dans son texte pour rendre cette plon­gée dans l’exis­ten­tia­lisme à la fois res­pi­rable et pas­sion­nante. Mais au fait, l’exis­tence pré­cède-t-elle l’es­sence ? Lou-Ève Pop­per

Sa­rah Ba­ke­well,

 Au ca­fé exis­ten­tia­liste : la li­ber­té, l’être & le cock­tail à l’abri­cot (At the Exis­ten­tia­list Ca­fé : Free­dom, Being & Apri­cot Cock­tails)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.