Les al­liances de Ma­rine Le Pen

L'Obs - - Téléphones Rouges -

For­mer son groupe au Par­le­ment de Stras­bourg: c’est l’ob­ses­sion ac­tuelle de Ma­rine Le Pen qui doit réunir pour ce faire au moins 25 dé­pu­tés de 7 pays dif­fé­rents. Exer­cice dif­fi­cile, mal­gré la mon­tée des po­pu­lismes. Ni­gel Fa­rage, leader du puis­sant Par­ti pour l’In­dé­pen­dance du Royaume-Uni, a pré­fé­ré s’al­lier à Ni­co­las Du­pontAi­gnan (De­bout la Ré­pu­blique). Ac­cord conclu en re­vanche avec le FPÖ au­tri­chien et le Vlaams Be­lang belge. Dis­cus­sions avan­cées avec le Fra­tel­li d’Ita­lia d’Igna­zio La Rus­sa. Mal­gré l’al­liance qu’il a lui aus­si conclue, Geert Wil­ders, leader néer­lan­dais du Par­ti pour pour s’en­tre­te­nir avec l’aya­tol­lah Ali al-Sis­ta­ni (pho­to), per­son­na­li­té très in­fluente au­près des chiites d’Irak. Cette ren­contre consti­tue un ca­mou­flet, presque une condam­na­tion, pour le Pre­mier mi­nistre, qui avait lui-même ré­cem­ment de­man­dé à voir l’aya­tol­lah et… es­suyé un re­fus. L’in­fluent re­li­gieux se­rait fort ir­ri­té par l’in­com­pé­tence et sur­tout la cor­rup­tion qui règne au sein du gou­ver­ne­ment Al-Ma­li­ki.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.