RUS­SIE : LES HÉ­ROS SU­BLI­MÉS ET LA TER­REUR RE­FOU­LÉE

L'Obs - - Courrier Le Des Lecteurs -

Mé­mo­rial est une ONG russe née en 1989 avec comme prin­ci­pal ob­jec­tif de ré­ta­blir et de pré­ser­ver la mé­moire des vic­times des ré­pres­sions po­li­tiques en URSS. Mé­mo­rial ar­chive les do­cu­ments pour per­mettre à l’his­toire de s’écrire. De­puis 2000 et l’ar­ri­vée de Vla­di­mir Pou­tine au pou­voir, Mé­mo­rial est sous pres­sion. Les disques durs de leur bu­reau de Saint-Pé­ters­bourg ont été confis­qués. Oleg Or­lov, leur res­pon­sable des droits de l’homme, est sé­ques­tré, bat­tu et aban­don­né la nuit en pleine fo­rêt à la fron­tière de Tchét­ché­nie. Des jour­na­listes proches comme An­na Po­lit­kovs­kaya sont as­sas­si­nés. L’été 2012, Mé­mo­rial tombe sous la ju­ri­dic­tion mise en place au len­de­main de l’élec­tion contes­tée de Pou­tine. Toutes les ONG qui re­çoivent de l’ar­gent de l’étran­ger doivent ac­cep­ter l’ap­pel­la­tion « agent étran­ger » qui com­plique consi­dé­ra­ble­ment leur fonc­tion­ne­ment. En Rus­sie, le terme « agent de l’étran­ger » est en ef­fet sy­no­nyme d’es­pion. Lorsque près d’un mil­lion de per­sonnes furent dé­por­tées lors de la Grande Ter­reur de 1937-38, beau­coup avaient été condam­nés comme…. « agents de l’étran­ger » ! De­puis 2012, le champ d’ap­pli­ca­tion de la nou­velle loi li­ber­ti­cide s’élar­git. Ob­jec­tif : ré­duire les pos­si­bi­li­tés de re­cherche scien­ti­fique sur la Se­conde Guerre mon­diale et no­tam­ment sur la pé­riode de 1939-1941, lorsque l’URSS était du mau­vais cô­té. La nuit, les lo­caux de Mé­mo­rial sont ta­gués « agent de l’étran­ger » et le jour ils su­bissent des ins­pec­tions à ré­pé­ti­tion. Com­bien de temps en­core Mé­mo­rial pour­ra-t-elle vivre sous cette épée de Da­mo­clès ? Avec la crise ukrai­nienne, la si­tua­tion se com­plique en­core. De­puis l’in­va­sion de la Cri­mée, la cote de po­pu­la­ri­té de Vla­di­mir Pou­tine bat tous les re­cords et la vi­sion d’une Grande Rus­sie pros­père au­tour de la thé­ma­tique « nous sommes le peuple des vain­queurs ». Hé­ros su­bli­mé, ter­reur ou­bliée ! Tout bé­mol de­vient sus­pect. La chaîne in­dé­pen­dante DOJD est me­na­cée de dé­pôt de bi­lan. La no­mi­na­tion d’un di­rec­teur proche du pou­voir à la tête de len­ta.ru, l’un des prin­ci­paux sites in­dé­pen­dants, pro­voque la dé­mis­sion de la plu­part de ses jour­na­listes. Face à cette mon­tée du na­tio­na­lisme pré­sen­té comme pa­trio­tisme, Mé­mo­rial par­vien­dra-t-elle à sauver son pro­jet fon­da­teur : réuni­fier le pas­sé et le pré­sent au­tour des droits de l’homme. La dis­pa­ri­tion de l’ONG se­rait une tra­gé­die. L’Eu­rope ne peut plus se taire comme si de rien n’était. Même si Ar­se­ni Ro­gins­ki, l’his­to­rien qui pré­side Mé­mo­rial, est lu­cide : iso­ler la Rus­sie, c’est la rendre plus dan­ge­reuse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.