Mais qu’arrive-t-il à Le­febvre ?

L'Obs - - Politique - Ca­role Bar­jon

Il se rap­pelle au bon sou­ve­nir de tous en fai­sant fi­gure d’ex­cep­tion: Fré­dé­ric Le­febvre, dé­pu­té UMP de la pre­mière cir­cons­crip­tion des Fran­çais éta­blis hors de France (Amé­rique du Nord), a an­non­cé dès la se­maine der­nière qu’il vo­te­rait pour le pacte de sta­bi­li­té pré­sen­té mar­di 29 avril au vote de l’As­sem­blée. L’an­cien se­cré­taire d’Etat au Com­merce et aux PME du der­nier gou­ver­ne­ment Fillon n’avait pas ha­bi­tué les siens à pa­reille ou­ver­ture d’es­prit. Lors­qu’il était l’as­sis­tant par­le­men­taire de Ni­co­las Sar­ko­zy, qu’il a connu en 1981, il était plu­tôt ré­pu­té pour sa ca­pa­ci­té à re­layer sans mé­na­ge­ment la parole du pa­tron et à avoir la me­nace fa­cile. Idem lors­qu’il fut porte-parole de l’UMP au len­de­main de l’élec­tion de son cham­pion en 2007. Au point d’être sur­nom­mé « le sni­per » .

Ces temps-là sont ré­vo­lus. De­puis son pas­sage au gou­ver­ne­ment, Le­febvre s’est ache­té une conduite et veut dé­sor­mais « prendre[ ses] res­pon­sa­bi­li­tés » . Dans son com­mu­ni­qué in­ti­tu­lé « Pour­quoi j’ai dé­ci­dé de vo­ter

hier « sni­per » de Sar­ko­zy, au­jourd’hui sou­tien de Valls

“Oui... mais” », il jus­ti­fie ain­si sa po­si­tion: « Ce pro­gramme rompt dé­li­bé­ré­men­ta­vec le re­cours sys­té­ma­ti­queaux haus­sesd’im­pôts. » Bien qu’ « en­dé­sac­cord sur cer­tains points » , il juge « bonne » la di­rec­tion d’en­semble du pacte de Ma­nuel Valls. Voi­là qui étonne de la part d’un sar­ko­zyste his- to­rique, long­temps par­ti­san, comme le fut aus­si son men­tor, d’une op­po­si­tion mus­clée et fron­tale. Faut-il voir dans l’at­ti­tude de cet an­cien de « la Firme » – sur­nom don­né avant 2007 au clan des très proches de Sar­ko­zy– une mise en oeuvre an­ti­ci­pée de la nou­velle stra­té­gie cen­triste et ras­sem­bleuse qu’on prête à l’an­cien pré­sident en cas de re­tour sur la scène po­li­tique?

En tout cas, Fré­dé­ric Le­febvre n’a guère fait d’émules dans son camp. Certes, quelques dé­pu­tés de l’UDI, comme Yves Jé­go, s’in­ter­rogent. Mais à l’UMP, hor­mis Be­noist Ap­pa­ru qui avait lais­sé pla­ner le doute, seul le dé­pu­té UMP du Val-d’Oise Jé­rôme Char­tier, porte-parole de Fran­çois Fillon, avait af­fir­mé qu’il al­lait s’abs­te­nir, sé­duit par la « tra­jec­toi­reet l’in­ten­tion » du pacte. « Vo­ter contre le pro­gram­me­du­gou­ver­ne­men­tre­vien­drait à vo­ter contremes convic­tions », a-t-il ex­pli­qué. Mais il n’ira pas jus­qu’à vo­ter pour car « les pré­vi­sions de crois­sance pour 2016 et 2017 (2,25%) sont to­ta­le­ment fan­tai­sistes » .

Fré­dé­ric Le­febvre (UMP),

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.