Reit­man per­dant

L'Obs - - Arts-spectacles - Xa­vier Le­her­peur

Du ci­néaste Ja­son Reit­man, on avait ap­pré­cié les plon­gées iro­niques dans une Amé­rique contem­po­raine en­gluée dans son mo­ra­lisme am­bi­gu et son li­bé­ra­lisme car­nas­sier. Avec « Last Days of Sum­mer », il signe un mé­lo qui se vou­drait grave, mais s’avère vite pe­sant, adap­té d’un ro­man de Joyce May­nard. Dans les an­nées 1980, un dé­te­nu (Josh Bro­lin), ac­cu­sé de meurtre et en cavale, prend en otage une mère et son fils. Mais très vite sa force tran­quille et vi­rile sé­duit cette femme (Kate Wins­let) en manque de ten­dresse et son re­je­ton qui trouve un père de sub­sti­tu­tion. Psy­cha­na­lyse de pa­co­tille au ser­vice d’un drame chi­chi­teux (tous les ac­teurs mur­murent, baissent les yeux et voûtent les épaules afin de tra­duire leur confu­sion émo­tion­nelle), à peine digne de la col­lec­tion Har­le­quin.

L’un des pre­miers mo­dèles de Game Boy, qui vient de fê­ter ses 25ans

Stun­fest, Fes­ti­val des Cultures vi­déo­lu­diques, au Li­ber­té, à Rennes. Du 2 au 4 mai.

En France, des tren­te­naires s’adonnent à des pra­tiques dan­ge­reu­se­ment gé­né­ra­tion­nelles. Ils dé­tournent les so­no­ri­tés de la con­sole Game Boy pour faire de la mu­sique ; on appelle ce­la de la Game Boy mu­sic, de la 8-bits mu­sic ou de la chip­tune (de chip, « puce in­for­ma­tique », et tune, « mu­sique »). Cer­tains se pro­dui­ront à Rennes, au Stun­fest, Fes­ti­val des Cultures vi­déo­lu­diques. Comme l’ar­tiste 2080, au­teur du maxi « Nerd to Geek ». « Je m’appelle 2080 parce que je fais de la mu­sique des an­nées 1980 dans les an­nées 2000, ex­plique ce

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.