Sézane ouvre-toi

Cette jeune créa­trice a tout com­pris de l’évo­lu­tion des ha­bi­tudes de consom­ma­tion de mode. Avec sa marque Sézane, ven­due uni­que­ment sur le Net, elle a sé­duit un pu­blic d’ache­teuses fi­dèles

L'Obs - - Obsession Mode - Par Yas­min Kay­ser

le trem­plin vin­tage

Mor­gane Sé­za­lo­ry, 29 ans, est une au­to­di­dacte. Après avoir pas­sé son bac lit­té­raire en can­di­date libre, elle dé­cide de prendre du temps avant de se lan­cer. C’est un pe­tit évé­ne­ment anec­do­tique qui va ac­cé­lé­rer les choses : sa soeur part vivre à Londres et lui laisse trois sacs de vê­te­ments. Mor­gane dé­cide de les vendre sur eBay après avoir photographié cha­cune des pièces. La vente connaît un suc­cès ra­pide. « C’est à ce mo­ment que je me suis dit qu’il y avait un truc à faire sur le Net. Le web, c’est dé­mo­cra­tique. » En 2008, elle lance d’abord Les Com­po­santes, un site sur le­quel les pièces vin­tage qu’elle a chi­nées sont mises en vente. Puis, peu à peu, avec ses éco­no­mies, elle en des­sine quelques-unes. « Les gens ne sa­vaient plus ce qui était vin­tage et ce qui ne l’était pas. Il a donc fal­lu prendre un tour­nant. » En 2013, Sézane est né, un nom sous forme de contrac­tion de son nom et de son pré­nom.

sa propre griffe

« Pas­ser des Com­po­santes à une marque propre, Sézane, c’était un pa­ri, l’op­por­tu­ni­té de cla­ri­fier l’image ». C’est à ce mo­ment-là que Co­ren­tin Pe­tit-Pru­vost, co­fon­da­teur des vê­te­ments Ba­li­ba­ris, re­joint la marque et ap­porte son sa­voir-faire en ma­tière de fi­nances, lo­gis­tique et pro­duc­tion, afin de per­mettre à Mor­gane de se concen­trer sur la créa­tion. Une par­tie de la réus­site du site Sézane tient à la di­rec­tion ar­tis­tique : soin ap­por­té à la page d’ac­cueil, aus­si bien es­thé­ti­que­ment que tech­ni­que­ment. On na­vigue sur le site comme si on en­trait dans une bou­tique, avec une di­men­sion « comme chez soi ».

ses Ins­pi­ra­tions

Les voyages sont une vraie source d’ins­pi­ra­tion. Qu’ils soient loin­tains ou quo­ti­diens : « Ce qui m’in­fluence c’est de prendre sim­ple­ment le temps de re­gar­der le monde au­tour de moi. » Ré­cem­ment, elle a pas­sé beau­coup de temps à Ta­rou­dant, cité royale du sud du Maroc. Un sé­jour dont on re­trouve les ré­mi­nis­cences dans sa col­lec­tion d’été : des fils do­rés ou des bor­deaux lu­mi­neux font ré­fé­rence à son havre de paix ma­ro­cain.

Pro­chaine étape, la mai­son

Au­jourd’hui sur le site de Sézane on trouve des vê­te­ments, des chaus­sures, des sacs, de la pa­pe­te­rie et très pro­chai­ne­ment du linge de mai­son. La col­lec­tion se­ra com­po­sée de pièces épu­rées. « Ce que j’aime c’est qu’on lise une his­toire à tra­vers ces pro­duits. Pour une par­tie de cette ligne mai­son, nous avons contac­té un couple qui vit en Suède. Lui est sué­dois et elle est in­dienne. Le ré­sul­tat de leur travail est un mé­lange du style épu­ré à la sué­doise et des couleurs et fan­tai­sies de l’Inde. Il y au­ra aus­si des cous­sins, des ta­pis. La pro­chaine étape ? Peut- être un jour une bou­tique. Mais il fau­dra que ce soit un vrai lieu de vie, avec des vê­te­ments, de la mai­son, de la food… » Rens. : se­zane.com

La col­lec­tion de sa ligne « mai­son »

Ci-des­sus, Mor­gane Sé­za­lo­ry et, ci-contre, son sho­wroom à Pa­ris

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.