Droit de ré­ponse

L'Obs - - Téléphones Rouges - Will iam Em­ma­nuel William Em­ma­nuel ne con teste pas l’ exis­tence de ses pres­ta­tions fac­tu­rées à EDF mais leur ré­vé­la­tion dans nos pages. N. O.

Aux termes d’un ar­ticle pu­blié dans votre ma­ga­zine du 3 avril 2014 et in­ti­tu­lé « Coups tor­dus, la guerre EDF-VEO­LIA fait une vic­time », votre jour­na­liste af­firme que cer­tains de mes « clients in­ves­tis­seurs » (sans tou­te­fois les ci­ter) pourraient être ame­nés à me re­pro­cher « d’être juge et par­tie » dans mes ac­ti­vi­tés de consul­tant fi­nan­cier. L’ar­ticle fait état « d’un do­cu­ment qui de­vrait in­té­res­ser les po­li­ciers », en l’es­pèce une fac­ture da­tée du 5 no­vembre 2013, cen­sée vi­ser des pres­ta­tions ef­fec­tuées pour le compte d’EDF. Il me semble pour le moins dou­teux que votre heb­do­ma­daire puisse être en pos­ses­sion de pièces sup­po­sées éma­ner de mon ac­ti­vi­té pro­fes­sion­nelle et qui de­meurent cou­vertes par le se­cret des af­faires. En tout état de cause, j’en­tends ici rap­pe­ler que le travail de consul­tant fi­nan­cier que j’ef­fec­tue au­près des grandes en­tre­prises et fonds d’in­ves­tis­se­ments qui m’ac­cordent leur confiance obéit à des règles de pro­bi­té et d’hon­nê­te­té strictes, c’est-à-dire à des règles dé­on­to­lo­giques, tout comme il en existe, je le sais, dans le do­maine de la presse. Ce­la étant, je confirme l’in­for­ma­tion conte­nue dans votre ar­ticle concer­nant ma mise hors de cause par l’Au­to­ri­té des Mar­chés fi­nan­ciers (AMF), suite à une dé­non­cia­tion des plus ha­sar­deuses me mê­lant à une pré­ten­due « ma­ni­pu­la­tion du cours » de VEO­LIA. Je dé­plore néan­moins que mes ac­ti­vi­tés puissent être aus­si fa­ci­le­ment mises en cause par votre pu­bli­ca­tion, qui plus est sous un titre aus­si ac­cro­cheur. Il se­rait bon de ne pas se lais­ser ma­ni­pu­ler…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.