“Le cou­rage de dire non”

L'Obs - - Économie - Jean- Mi­chel Nau­lot fi­nan­cier*

— En quinze ans d’exis­tence, l’eu­ro a mon­tré des dys­fonc­tion­ne­ments graves. Les dif­fi­cul­tés de l’eu­ro sont qua­si gé­né­tiques et les souf­frances so­ciales sont là, crois­santes. Comment peu­ton nous dire que l’Espagne, l’Ir­lande, le Por­tu­gal, la Grèce sortent la tête de l’eau alors que la dette y de­meure à des ni­veaux re­cord, que le chô­mage des jeunes reste in­digne ? La théo­rie éco­no­mique a mon­tré de­puis long­temps qu’une mon­naie unique doit s’ac­com­pa­gner de trans­ferts fi­nan­ciers consi­dé­rables pour évi­ter la dés­in­dus­tria­li­sa­tion des zones les moins com­pé­ti­tives. Où sont ces trans­ferts? Où est la conver­gence des po­li­ti­que­sé­co­no­miques et so­ciales? Nous avons des pa­ra­dis fis­caux en plein coeur de la zone eu­ro! Le mo­dèle so­cial al­le­mand est à mille lieues du mo­dèle fran­çais. La relance de la crois­sance eu­ro­péenne est res­tée lettre morte et l’Al­le­magne conti­nue de culti­ver ses ex­cé­dents. Une so­lu­tion se­rait de bas­cu­ler dans le fé­dé­ra­lisme mais les peuples eu­ro­péens n’en veulent pas et rien ne doit se dé­ci­der sans eux. Si la seule fa­çon de faire vivre la mon­naie unique est de pour­suivre ce concours de dé­va­lua­tions in­ternes, il ar­ri­ve­ra un mo­ment où le cou­rage se­ra de dire non. La dé­va­lua­tion in­terne, c’est la baisse des coûts sa­la­riaux: un sys­tème abominable, ins­pi­ré des an­nées 1930, avec le ré­sul­tat que l’on sait. Il est im­pé­ra­tif d’in­tro­duire de la flexi­bi­li­té dans le sys­tème ac­tuel. Nous pou­vons gar­der l’eu­ro pour les tran­sac­tions ex­ternes et ajus­ter les pa­ri­tés des mon­naies na­tio­nales à in­ter­valles ré­gu­liers. En d’autres termes, nous pou­vons faire res­pi­rer l’éco­no­mie eu­ro­péenne! (*) An­cien membre du col­lège de l’Au­to­ri­té des Mar­chés fi­nan­ciers.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.