Quand Mit­ter­rand cra­chait dans la soupe

L'Obs - - Téléphones Rouges - Au­drey Sal or

De tous les pré­si­dents de la Ve Ré­pu­blique, Fran­çois Mit­ter­rand fut sans doute le plus dif­fi­cile à sa­tis­faire d’un point de vue cu­li­naire. Dans « Au ser­vice du Pa­lais », à pa­raître le 5 juin aux Edi­tions du Mo­ment et co­écrit avec Ch­ris­tian Rou­daut, l’an­cien chef des cui­sines de l’Ely­sée Ber­nard Vaus­sion se sou­vient de l’in­tran­si­geance de « Ton­ton ». « Lorsque nous le ser­vons pour des dé­jeu­ners de travail ou lors de ré­cep­tions of­fi­cielles, il se ré­vèle in­trai­table pour ne pas dire ca­pri­cieux. [...] Au­cune sug­ges­tion ne le sa­tis­fait. [...] “Même pas ca­pables de faire des sand­wichs !” grom­melle-t-il. » Vaus­sion garde un sou­ve­nir par­ti­cu­liè­re­ment amer d’un dé­jeu­ner du pré­sident en com­pa­gnie d’Anne Lau­ver­geon, où des pé­toncles soi­gneu­se­ment rin­cés leur sont ser­vis. « En­core du conge­lé » , sou­pire Mit­ter­rand, in­trai­table. Qui n’hé­site pas à faire dire au pré­dé­ces­seur de Vaus­sion de... « re­tour­ner à l’école ap­prendre la re­cette de la blan­quette de veau » ! Sou­la­gé par l’ar­ri­vée à l’Ely­sée de Chi­rac en 1995, Vaus­sion, re­trai­té de­puis peu, tient au­jourd’hui sa re­vanche : le 22 mai, l’an­cien chef des cui­sines du Pa­lais a été dé­co­ré par Fran­çois Hollande.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.