Villers-Cot­te­rêts

L'Obs - - Politique -

« La­droite, la­gauche, c’est­pa­reil! Ce­la fait des an­nées qu’ils gou­vernent, que­rien­ne­change, que­le­saf­fai­res­con­ti­nuent, com­mea­vecCo­péet­je­ne­sais­plus quelle en­tre­prise. On a en­vie d’es­sayer autre chose… » Le même re­prend: « Les ha­bi­tant­se­non­tras­le­bol. Ils­voien­tar­ri­ver les chô­meurs et les étran­gers de la ré­gion pa­ri­sienne, à qui on donne des lo­ge­ments et des al­lo­ca­tions. Leurs en­fants vont tra­fi­quer de la drogue en centre-ville… » Tout est bon pour at­ti­ser ces craintes. Une folle ru­meur a même cou­ru se­lon la­quelle l’ex-maire PS, JeanC­laude Prus­ki, al­lait construire des HLM pour faire ve­nir les « gens­deC­reil », une ville de l’Oise, voi­sine de 50ki­lo­mètres, où une émeute avait écla­té l’été der­nier. Il ne s’agis­sait pour­tant que d’un pro­jet d’éco­quar­tier mê­lant lo­ge­ment so­cial et ha­bi­tat plus cos­su…

« Ce genre de pe­tite ville de la France pé­ri­phé­rique, dont l’en­vi­ron­ne­ment proche est per­çu comme hos­tile et qui re­doute un ave­nir né­ga­tif, c’est le coeur de cible du Front na­tio­nal, ana­lyse le géo­graphe Ch­ris­tophe Guilluy (1). Le sen­ti­ment qui y do­mine, c’est “pas chez nous”. » Parce qu’elle a peur de l’ave­nir, Villers-Cot­te­rêts ne se sup­porte plus au pré­sent et ne di­gère plus son pas­sé. La com­mune ne veut même plus voir dans le gé­né­ral Du­mas un des­cen­dant d’es­clave, mais seule­ment un grand mi­li­taire qui a fait la cam­pagne d’Egypte et « a par­ti­ci­pé à la construc­tion de la na­tion­fran­çaise », se­lon l’ex­pres­sion de Vincent Rous­seau, pro­fes­seur d’an­glais. Qui, lui aus­si, s’est mis à vo­ter FN parce qu’il avait « per­du­con­fiance ». (1) « Frac­tures fran­çaises », Fran­çois Bou­rin Editeur, 2010.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.