Le condot­tiere du Cl ub Med

L'Obs - - Économie - Mar­celle Pa­do­va­ni

Mal­gré son ap­pa­rence un peu désuète, ses cos­tumes hy­per­clas­siques et son genre dis­cret, An­drea Bo­no­mi est un condot­tiere, l’un de ces chefs de guerre qui règnent de­puis le Tre­cen­to sur la pé­nin­sule ita­lienne. A 49 ans, cet hé­ri­tier d’une grande fa­mille de fi­nan­ciers mi­la­nais a dé­ci­dé de dé­fier les Chi­nois de Fo­sun, lan­cés de­puis un an dans une OPA ami­cale pour ra­che­ter le Club Med au fonds d’in­ves­tis­se­ment Ar­dian (exAxa Pri­vate Equi­ty). Aux yeux du pa­tron ita­lien, le prix pro­po­sé par les in­ves­tis­seurs chi­nois pour mettre la main sur les vil­lages du Club Med – 558 mil­lions d’eu­ros – est sou­sé­va­lué. Ra­flant des titres en Bourse via un hol­ding luxem­bour­geois, Bo­no­mi s’est donc em­pa­ré de 10% du ca­pi­tal de l’en­tre­prise de loi­sirs en de­ve­nant le pre­mier ac­tion­naire. Quelles sont ses in­ten­tions? Spé­cia­liste du re­dres­se­ment des so­cié­tés, le bel An­drea se­rait prêt à ac­croître en­core son contrôle jus­qu’à 30% du ca­pi­tal pour re­struc­tu­rer une fois en­core la cé­lèbre marque co­fon­dée par Gil­bert Tri­ga­no.

Bo­no­mi n’a pas froid aux yeux. « C’est une syn­thèse de la “mi­la­ne­si­té” », sou­tient le jour­nal « il Fat­to Quo­ti­dia­no ». Ca­pable de battre sur ce ter­rain Sil­vio Ber­lus­co­ni lui-même. Grâce à son fonds In­ves­tin­dus­trial (3000 sa­la­riés, 2,1mil­liards d’eu­ros de chiffre d’af­faires), il s’est spé­cia­li­sé dans le ra­chat d’en­tre­prises : Pi­rel­li, Du­ca­ti, As­ton Mar­tin, Ban­ca Po­po­lare di Mi­la­no, BSI (Banque suisse ita­lienne) de Lu­ga­no. Sans oublier le « Corriere della Se­ra », ce temple de l’in­for­ma­tion où An­drea Bo­no­mi ai­me­rait ré­gner. Ti­tu­laire d’un MBA de l’uni­ver­si­té de New York et ba­sé à Londres, An­drea Bo­no­mi s’est aus­si offert les par­fums At­kin­sons. Mais on ne peut oublier que le jeune Bo­no­mi est sur­tout le fils de Car­lo Bo­no­mi, na­guère pro­prié­taire de mille ap­par­te­ments dans la ré­gion de Mi­lan. Et le pe­tit-fils de « La­dy Fi­nan­za », la my­thique An­na Bo­no­mi, une très po­pu­laire pri­ma don­na des af­faires, l’un des plus grands noms de l’his­toire fi­nan­cière pé­nin­su­laire, qui fai­sait trem­bler les gou­ver­ne­ments dé­mo­crates-chré­tiens et fi­gu­rait par­mi les cibles dé­si­gnées des Bri­gades rouges… Bâ­tis­seur d’em­pire à son tour, An­drea pré­tend avoir une ap­proche in­dus­trielle. Mais s’il n’hé­site ja­mais à ache­ter, il re­vend aus­si vo­lon­tiers. Se­ra-t-il plus ma­lin que les Chi­nois de Fo­sun?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.