TEN­DANCE

L'Obs - - Livres - PAR JÉ­RÔME GAR­CIN J. G.

Chaque fois que la France dé­prime, elle en appelle à Bri­gitte Bar­dot. Ce n’est pas seule­ment que les idées po­li­tiques et les croi­sades ani­ma­lières de la Jeanne d’Arc de la Ma­drague collent à l’air du temps. C’est aus­si qu’elle in­carne une époque, une in­so­lence, une li­ber­té de vivre ré­vo­lues, elle dont Ro­land Barthes écri­vait, en 1954, dans ses « My­tho­lo­gies » : « Elle re­pré­sente un éro­tisme dé­pouillé de tous ces sub­sti­tuts faus­se­ment pro­tec­teurs qu’étaient le se­mi-vêtement, le fard, le fon­du, l’al

lu­sion, la fuite. » Pas étonnant que, à la veille de son 80e an­ni­ver­saire, le 28 sep­tembre pro­chain, B.B. re­de­vienne donc ten­dance. Yves Bi­got cé­lèbre « la Femme la plus belle et la plus scan­da­leuse au monde » (Don

Qui­chotte) dans un livre où il rap­pelle le mot for­mi­dable de Si­mone de Beauvoir : « Elle ten­te­rait même

un saint. » Et dans son ro­man, « Mai 67 » (Laf­font), Co­lombe Sch­neck prête à « Bri », par­fu­mée à L’Heure Bleue de Guerlain, une tor­ride his­toire d’amour avec un jeune cos­tu­mier ma­ro­cain de Ci­ne­cit­tà, que la belle au­rait ini­tié au plai­sir sans len­de­main. Mais la meilleure preuve de son éter­nelle jeu­nesse, c’est qu’elle fait la une de « Schnock », la plus mode des re­vues vin­tage, la seule ca­pable de ré­éva­luer à la hausse les va­leurs qu’on croyait dé­mo­né­ti­sées. Dans son nu­mé­ro 11

(La Ten­go, 14,50 eu­ros), où le chan­teur Guy Béart voi­sine avec le cat­cheur An­dré The Giant et les putes de Mi­chel Si­mon avec les « big bi­sous » de Car­los, « Schnock » fait ra­con­ter Bar­dot par son cou­tu­rier Jean Bou­quin, son pa­ro­lier JeanMax Ri­vière, et sa ri­vale My­lène De­mon­geot. Sans oublier de lui don­ner la parole dans un glos­saire épa­tant. Où l’on ap­prend que Bar­dot est à moi­tié aveugle, que le plus beau jour de sa vie fut une nuit, qu’elle en­voie, de l’étran­ger, des cartes pos­tales à ses chiens, et qu’elle a dit de Ca­the­rine De­neuve, mar­raine d’un concours de four­rure : « Par­rai­ner une peau de la­pin, pour une an­cienne Peau d’âne, quelle tris­tesse ! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.