Irak : les chré­tiens face à la ter­reur

Pour échap­per au fa­na­tisme is­la­miste, des res­pon­sables de la mi­no­ri­té chré­tienne prônent l’éta­blis­se­ment d’une zone au­to­nome dé­fen­due par une mi­lice

L'Obs - - Sommaire - De notre en­voyée spé­ciale Sa­ra Da­niel

Ils se terrent dans leurs mai­sons, sans eau et sans élec­tri­ci­té. De­puis que les dji­ha­distes de l’Etat is­la­mique en Irak et au Le­vant ont dé­ci­dé de se tailler une na­tion sun­nite à coups d’as­sas­si­nats et de ra­pines, les 45000chré­tiens de Ka­ra­kosh, pe­tite ville si­tuée à 30ki­lo­mètres de Mos­soul, tremblent à l’idée que les bar­bares dé­cident de fondre sur leur cité aux sept églises. Ailleurs, ils mas­sacrent dé­jà les chiites et les Tur­co­mans. Pour­quoi ne s’at­ta­que­raient-ils pas à ces fi­dèles de l’Eglise sy­rienne ca­tho­lique ? C’est l’une des qua­torze com­mu­nau­tés de l’Eglise chré­tienne d’Irak, aux rites poé­tiques ve­nus des pre­miers temps de la chré­tien­té: lors­qu’il in­voque le Saint-Es­prit par exemple, le prêtre mime l’en­vol d’une co­lombe avec sa main.

Pour l’ins­tant, les portes de Ka­ra­kosh sont gar­dées par les pesh­mer­gas qui dé­fendent les fron­tières de leur Kur­dis­tan. Mais cette pro­tec­tion au­rait un prix. Un des prêtres de la ville, au­jourd’hui ré­fu­gié à Bag­dad, ra­conte que les com­bat­tants kurdes ont de­man­dé aux chré­tiens de les dé­bar­ras­ser des sun- nites des vil­lages alen­tour. Car ils rê­ve­raient de­puis long­temps de s’im­plan­ter dans la val­lée de Ni­nive. « Tuer nos frères ? Un mar­ché ré­vol­tant, sou­pire le père Man­sour, un prêtre belge de 80 ans, ins­tal­lé en Irak de­puis cin­quante ans. Nous sommes pris entre deux feux. Guerre après guerre, on es­saie tant bien que mal de sur­vivre. On ai­me­rait tant pou­voir res­ter en Irak. » Dé­jà le 31oc­tobre 2010, l’at­ten­tat contre Notre-Dame-de-la-Dé­li­vrance à Bag­dad, ce 11-Sep­tembre des chré­tiens d’Irak qui avait fait 50morts, a cau­sé un im­mense exode de la com­mu­nau­té hors du pays. Et tous se de­mandent com­bien de temps en­core ils pour­ront te­nir. « Les chré­tiens d’Irak sont tous des mar­tyrs en puis­sance », dit le père Man­sour.

A Mos­soul, les nou­veaux oc­cu­pants de la ville ont dé­cré­té que les chré­tiens de­vront payer un im­pôt, le ji­zya, s’éle­vant à 250 dol­lars par per­sonne ayant un em­ploi, soit 500 dol­lars pour un couple. Une somme énorme qui contrain­dra la ma­jo­ri­té des chré­tiens à quit­ter la ville. Deux églises de Mos­soul, celle du Saint-Es­prit, qui ap­par­tient à l’Eglise chaldéenne, et une autre ap­par­te­nant à la com­mu­nau­té ar­mé­nienne ont été pillées. Une sta­tue de la Vierge qui se trou­vait dans la tour de l’église chaldéenne de l’Im­ma­cu­lée- Concep­tion a aus­si été dé­truite. Se­lon un des prêtres de la ville qui fait ré­gu­liè­re­ment l’al­ler-re­tour à Mos­soul, les baas­sistes qui col­la­borent avec les dji­ha­distes ont re­com­man­dé aux chré­tiens de ne pas te­nir compte des nou­velles règles. Mais com­bien de temps pour­ront-ils se sous­traire aux dik­tats des bar­bares ?

Dé­fendre les chré­tiens d’Irak. A Bag­dad, ce conseiller du Pre­mier mi­nistre, le cheikh Al- Chil­da­ni, un ch­ré­tien membre du Con­seil na­tio­nal de Ré­con­ci­lia­tion jure de s’y consa­crer. Et pas uni­que­ment en priant. L’homme qui re­çoit en treillis, un pis­to­let à la cein­ture, est en train de créer une mi­lice chré­tienne. « Per­sonne ne pro­tège les chré­tiens d’Irak, alors il faut bien s’en oc­cu­per. » Avec ses hommes, il s’ap­prête à al­ler vers le nord pour dé­fendre ses co­re­li­gion­naires. Pour éta­blir aus­si les fron­tières d’une zone chré­tienne au­to­nome. Car dans cette grande dé­li­ques­cence de l’Etat ira­kien où toutes les com­mu­nau­tés se dressent les unes contre les autres, cer­tains chré­tiens aus­si ré­clament leur ter­ri­toire, leur Is­raël, dont Ka­ra­kosh se­rait la Jé­ru­sa­lem. Yo­na­dam Kan­na, un des cinq membres chré­tiens du Par­le­ment, des­sine avec son doigt sur la carte af­fi­chée dans son bu­reau le contour de cette nou­velle pro­vince qu’il appelle de ses voeux. « Ce se­rait la ving­tième pro­vince d’Irak, sur la rive droite du Tigre, dans la pro­vince de Ni­nive. Nous pour­rions en­fin dis­po­ser de notre bud­get alors que l’Etat cen­tral nous né­glige. »

Mais ces pro­jets de pro­vince chré­tienne et de mi­lice ef­fraient le père Man­sour : « A chaque fois que les chré­tiens ont dé­ci­dé de s’ar­mer dans cette ré­gion, ce­la s’est re­tour­né contre eux. Que Dieu nous vienne en­aide ! »

Ka­ra­kosh, la cité aux sept églises

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.