Ob­jec­tif : des élec­tions justes

L'Obs - - Monde - C. L.

— « Soit vous bâ­tis­sez votre ave­nir, soit il se­ra ex­ploi­té par les autres. » Même le pré­sident Mar­zou­ki par­ti­cipe à la cam­pagne d’ins­crip­tion sur les listes élec­to­rales. Dé­çus par une ré­vo­lu­tion qui n’a pas en­traî­né d’amé­lio­ra­tion éco­no­mique, les Tu­ni­siens risquent de bou­der les lé­gis­la­tives et la pré­si­den­tielle des 26 oc­tobre et 23 no­vembre. Or, face aux is­la­mistes d’En­nah­da dé­jà en ordre de ba­taille, le camp ci­vil, la­mi­né en 2011, part une nou­velle fois en ordre dis­per­sé. La plus grande for­ma­tion, Ni­daa Tounes, a an­non­cé qu’elle fai­sait ca­va­lier seul. Mais la pré­sence dans ses rangs d’an­ciens be­na­listes en fait une for­ma­tion dé­criée. Quant au Front de Sa­lut na­tio­nal, il a vo­lé en éclats. Un ta­bleau qui au­rait tout pour plaire à En­nah­da. Mais, échau­dé par sa der­nière prise de pou­voir, le par­ti de Ghan­nou­chi, s’il brigue une ma­jo­ri­té aux lé­gis­la­tives, pour­rait, comme cer­tains dans son camp l’évoquent, lais­ser l’exé­cu­tif à Meh­di Jo­maa, ce tech­no­crate dé­si­gné par consen­sus Pre­mier mi­nistre en jan­vier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.