L’illu­sion du cycle

L'Obs - - Économie -

Long­temps Fran­çois Hollande s’est ber­cé de la douce illu­sion que la crois­sance se­rait au ren­dez-vous de son quin­quen­nat. « Se­lon les pré­vi­sion­nistes, la re­prise ar­ri­ve­ra en juin 2012 », sou­li­gnait-il, en apar­té, quelques mois avant son élec­tion. Les cal­culs de quelques conjonc­tu­ristes avaient suf­fi à le per­sua­der que le re­tour­ne­ment de l’éco­no­mie mon­diale coïn­ci­de­rait avec sa prise de fonc­tions ! La der­nière crise ai­guë al­lu­mée par la contrac­tion de la fi­nance mon­diale re­mon­tant à 2008, la loi des cycles cen­sée gou­ver­ner l’ac­ti­vi­té éco­no­mique sem­blait ga­ran­tir une em­bel­lie. En 1997 dé­jà, la crois­sance avait été la di­vine sur­prise des so­cia­listes re­ve­nus aux af­faires à la fa­veur d’une ca­la­mi­teuse dis­so­lu­tion dé­ci­dée par le pré­sident Chi­rac… Lio­nel Jos­pin en avait pro­fi­té. Alors, pour­quoi pas Fran­çois Hollande ? Sa stra­té­gie ini­tiale – le fa­meux « re­dres­se­ment dans la jus­tice » – était tout en­tière fon­dée sur cette croyance. Le chif­frage du can­di­dat

so­cia­liste qui jus­ti­fiait la tra­jec­toire de ré­duc­tion du dé­fi­cit pu­blic sous les 3% du PIB dès 2013 re­po­sait sur l’hy­po­thèse d’une crois­sance re­cou­vrée : 2,5% dès 2014 ! Pour­quoi s’af­fo­ler dans ces condi­tions ? La pro­messe d’ « in­ver­ser la

courbe du chô­mage » dé­cou­lait, elle aus­si, de cet op­ti­misme on­to­lo­gique. Après la pluie le beau temps ! Le ré­veil fut bru­tal : dès l’été 2012 l’accumulation des mau­vaises sta­tis­tiques a fait com­prendre au nouvel oc­cu­pant de l’Ely­sée qu’il lui fau­drait un peu plus que de la chance. « Il faut ac­cé­lé­rer », ré­pé­ta alors Hollande. Le pa­ri des em­plois ai­dés de­vait lui per­mettre ma­thé­ma­ti­que­ment d’in­flé­chir le taux de chô­mage. On sait ce qu’il ad­vint. Faute de crois­sance et de créa­tions d’em­plois mar­chands, la mé­thode vo­lon­ta­riste a fait chou blanc. De­puis l’au­tomne 2013, Fran­çois Hollande s’est convain­cu qu’un re­gain de l’ac­ti­vi­té fon­dé sur l’in­ves­tis­se­ment privé consti­tuait la seule planche de sa­lut. « Nous avons sous-es­ti­mé la pro­fon­deur de la crise », a ré­pé­té le chef de l’Etat, re­con­nais­sant qu’il avait d’abord pé­ché par ex­cès d’op­ti­misme…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.