SALE TEMPS POUR NKM

L'Obs - - Téléphones Rouges - Maël Thier­ry

Ce­la ne s’ar­range pas entre NKM et les ba­rons de l’UMP à Pa­ris. Le 2 juillet, peu avant l’in­ter­ven­tion té­lé­vi­sée de Sar­ko­zy, la can­di­date bat­tue aux mu­ni­ci­pales a été mal­me­née par le sé­na­teur Phi­lippe Do­mi­na­ti lors d’un co­mi­té stra­té­gique de la fé­dé­ra­tion pa­ri­sienne du par­ti. « Nous avons ga­gné Li­moges et Bo­bi­gny, ce se­rait bien qu’on évoque les rai­sons de ta dé­faite », a en­ta­mé l’élu pa­ri­sien avant de cri­ti­quer sa stra­té­gie d’al­liance avec le centre dès le pre­mier tour. Dou­blée d’une cam­pagne, se­lon lui, dé­nuée de pro­po­si­tion mar­quante et uni­que­ment axée sur la can­di­date elle-même. « La cam­pagne de Pa­ris sug­gère qu’on­mette en avant une per­son­na­li­té », ré­plique Jé­rôme Pey­rat, conseiller po­li­tique de Na­tha­lie Kos­cius­ko-Mo­ri­zet. Pour Do­mi­na­ti, NKM ne peut dé­sor­mais pré­tendre di­ri­ger la mé­tro­pole du grand Pa­ris. « Tum’at­taques parce que tu vou­lais être sur les listes », a ri­pos­té la chef de file UMP à Pa­ris, un peu seule. « Çam’a sur­pris, mais per­sonne n’a pris sa dé­fense », dit Do­mi­na­ti qui a, de­puis, cou­ché ses cri­tiques par écrit dans un texte en­voyé aux abon­nés de sa news­let­ter. Il n’est pas le seul à se lâ­cher. Un autre baron a trou­vé un nou­veau sur­nom à l’ex-mi­nistre : « Na­tha­lie Fias­co-Mo­ri­zet » . Am­biance…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.