UN MI­NISTRE AVER­TI…

L'Obs - - Téléphones Rouges - SO­PHIE FAY

Les équipes de Ber­cy or­ga­nisent la per­ma­nence d’été. Comme tous les ans, au mi­lieu du mois d’août, l’In­see pu­blie­ra les chiffres de la crois­sance pour le deuxième tri­mestre de 2014. « Des chiffres plus re­pré­sen­ta­tifs que ceux du pre­mier tri­mestre, souvent af­fec­tés par des élé­ments de sai­son­na­li­té », ex­plique-t-on au mi­nis­tère. Or la ten­dance n’est pas bonne du tout. Après un pre­mier tri­mestre atone – crois­sance à0% –, le deuxième tri­mestre ne de­vrait guère être meilleur. Un chiffre pu­blié le 10 juillet par l’In­see in­quiète par­ti­cu­liè­re­ment les éco­no­mistes : la pro­duc­tion in­dus­trielle a re­cu­lé de 1,7% en mai par rap­port à avril. Ce re­pli n’est pas propre à la France. On l’ob­serve dans toute l’Eu­rope et en par­ti­cu­lier en Al­le­magne, la lo­co­mo­tive de la zone eu­ro, qui montre elle aus­si des signes d’es­souf­fle­ment. Pour Phi­lippe Waech­ter, éco­no­miste chez Na­tixis AM, comme pour les ex­perts de Xer­fi, la crois­sance ne dé­pas­se­rait donc pas 0,6% en 2014, après 0,4% en 2013. Les risques de dé­fla­tion – une spi­rale dans la­quelle la baisse des prix en­traîne celle de la crois­sance et vice ver­sa – semblent de plus en plus me­na­çants en zone eu­ro, quoi qu’en dise la Banque cen­trale eu­ro­péenne (BCE). Le mi­nistre des Fi­nances est pré­ve­nu : ses va­cances ne se ter­mi­ne­ront pas bien !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.