Le ré­gime Slim-Fast

L'Obs - - Téléphones Rouges - Vé­ro­nique Grous­sard

En 2017, l’au­dio­vi­suel pu­blic pris dans son en­semble n’au­ra pas un fi­fre­lin de plus qu’au­jourd’hui. Alors que les dé­penses se se­ront, elles, alour­dies dans l’in­ter­valle. Un seul exemple, de taille : les sa­laires bé­né­fi­cient chaque an­née d’aug­men­ta­tions au­to­ma­tiques. « L’Etat ne per­met plus que toutes les dé­penses pro­gressent, c’est aux en­tre­prises de res­pec­ter leurs bud­gets et de les ré­duire le cas échéant, dit un conseiller mi­nis­té­riel. C’est sûr, elles vont de­voir re­voir des tas de postes… » . Une si­tua­tion que connaissent dé­jà la plu­part des ser­vices pu­blics en Eu­rope, à com­men­cer par la BBC, les té­lés grecques, es­pa­gnoles… ou, de­puis long­temps, de nom­breux autres or­ga­nismes pu­blics comme les hô­pi­taux. Qui, de France Té­lé, Ra­dio-France, France Mé­dias Monde, Arte ou l’Ina, souf­fri­ra le plus ? Qui se­ra pré­ser­vé ? Fau­dra-t-il ré­par­tir la pé­nu­rie ou re­voir le pé­ri­mètre de l’au­dio­vi­suel pu­blic ? C’est le gou­ver­ne­ment et le Par­le­ment qui en dé­ci­de­ront car ils ont la main sur un le­vier es­sen­tiel : ils ré­par­tissent la manne de la re­de­vance entre les dif­fé­rentes so­cié­tés. La dé­ci­sion prise par le gou­ver­ne­ment est struc­tu­relle : à l’ho­ri­zon 2017, les do­ta­tions bud­gé­taires qu’il dis­tri­buait gé­né­reu­se­ment à ces so­cié­tés dis­pa­raissent. Or, elles to­ta­lisent au­jourd’hui 292 mil­lions d’eu­ros. Une somme ! La re­de­vance (135 eu­ros l’an pro­chain) res­te­ra donc seule en piste comme moyen de fi­nan­ce­ment. Et il n’est « ab­so­lu­ment pas à l’ordre du jour » , mar­tèle-t-on cô­té mi­nis­té­riel, d’aug­men­ter son taux ou le nombre d’as­su­jet­tis en taxant, par exemple, ceux qui re­gardent la té­lé sur un or­di­na­teur ou une ta­blette.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.