Ma plus belle his­toire d’hu­mour…

L'Obs - - Téléphones Rouges - la chro­nique de fran­çois rey­naert F. R. frey­naert@nou­ve­lobs.com

Vous con­nais­sez la scène. On est dans la cour du ba­hut, juste après les ré­sul­tats du bac qui viennent de nous ap­prendre qu’on en a fi­ni à ja­mais avec le ly­cée; ou grou­pés sur la plage, au­tour d’un feu de camp qui s’éteint, à rê­ver de faire du­rer tou­jours l’ul­time soirée des va­cances. Dans ce mo­ment, il y en a tou­jours un qui trouve ma­lin de com­men­cer à fre­don­ner : « Ce n’eeeeest qu’unau… » , et ce­la suf­fit pour que tout le monde fasse bar­rage en hur­lant. Pi­tié, pas ça ! Ami lec­teur, et vous lec­trice, ma soeur, je vous dois cet aveu. Entre nous, cet ins­tant est ve­nu.

Cette chro­nique a com­men­cé il y a fort long­temps, à une époque qui, vue de la nôtre, semble ir­réelle. Fa­ce­book s’ap­pe­lait l’an­nuaire, Wi­ki­pé­dia, le Quid, et in­ter­net en gé­né­ral, la can­to­nade. Si, sou­ve­nez-vous. Quand on cher­chait un res­tau­rant pour son sa­me­di soir, une idée pour ses va­cances ou un mot qu’on ne trou­vait pas, on ne tour­nait pas son re­gard vers son écran pour de­man­der la so­lu­tion à un ré­seau mon­dia­li­sé. On le­vait la tête pour ba­lan­cer sa ques­tion au reste du bu­reau, à la can­to­nade, quoi. La reine d’An­gle­terre était dé­jà en place, M. Sar­ko­zy croyait en­core que son des­tin était de­vant lui et le Pre­mier mi­nistre de notre pays s’ap­pe­lait M. Bal­la­dur. Je sais, s’ils croisent cette in­for­ma­tion en tom­bant sur une pho­to du pro­fil bour­bo­nien de ce der­nier, les jeunes vont être in­duits en er­reur. Ils pen­se­ront que la France vi­vait tou­jours sous l’An­cien Ré­gime. C’était en juin 1994. Ce­la fait donc un tout pe­tit peu plus de vingt ans que chaque se­maine, nous nous re­trou­vons sous ces co­lonnes. Ce ren­dez-vous s’ar­rête au­jourd’hui.

De grâce, ne ti­rez de cette nou­velle au­cune dé­duc­tion dis­pro­por­tion­née. Nul cen­seur n’a plan­té ses ci­seaux dans ma pe­tite page. A ma connais­sance, je n’ai même pas aux fesses une en­quête de Me­dia­part qui prouve que ces co­lonnes ont été fi­nan­cées de­puis tout ce temps par de fausses fac­tures payées par des amis de M. Co­pé, c’est vous dire si je suis se­rein. C’est plus simple que ce­la. Il y a deux dé­cen­nies, Laurent Jof­frin, alors di­rec­teur de notre jour­nal, m’avait pro­po­sé de prendre en charge cet em­pla­ce­ment. C’était un ca­deau in­es­ti­mable dont je ne le re­mer­cie­rai ja­mais as­sez. Des fa­milles en­tières peinent à trou­ver un studio pour se lo­ger. Il m’a offert une île. Pen­dant deux dé­cen­nies, j’y ai vé­cu une exis­tence heu­reuse puisque j’ai pu vous y in­vi­ter chaque se­maine à re­gar­der, de­puis son

Ne soyez pas dis­traits, ne pas­sez pas au­des­sus de cette page sans y je­ter un oeil. Le chro­ni­queur a cette se­maine un aveu à vous faire.

doux ri­vage, le monde tel qu’il ca­bote. J’ai ado­ré ces an­nées avec vous. Si vous me per­met­tez d’être sen­ti­men­tal, je puis même vous dire qu’à ja­mais vous res­te­rez ma plus belle his­toire d’hu­mour. Cette île fut pour moi un pe­tit pa­ra­dis. Après vingt ans de sé­jour, j’en ai fait le tour. C’est aus­si bête que ce­la. J’ai donc de­man­dé à Mat­thieu Crois­san­deau, notre nou­veau di­rec­teur, de pou­voir la quit­ter. Non seule­ment il a ac­cep­té, mais il en a même pro­fi­té pour me don­ner du ga­lon, les gens sont in­con­sé­quents. A sa de­mande, et à ma grande fier­té, je vais donc en­trer dans l’équipe qui va di­ri­ger, ani­mer et ten­ter d’in­ven­ter le jour­nal nou­veau que nous pré­pa­rons pour vous. Ce se­ra ar­du, pas­sion­nant, exal­tant. J’es­père que je se­rai à la hau­teur de la tâche, mais elle me ras­sure dé­jà sur un point. Nous n’avons nul be­soin de nous mi­ner la rate en nous chan­tant au­jourd’hui : « Ce n’eeeeest­qu’unau… » puisque nous ne nous quit­tons pas. Pen­dant un temps, bien sûr, je si­gne­rai moins et vous croi­rez ne plus me voir. Ce se­ra une illu­sion. Der­rière les pages je se­rai tou­jours là, moi, qui vous aime, qui vous ob­serve, qui vous vois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.