“Si tu as un doute, tu tires”

L'Obs - - Monde - C. L.

— Is­raël n’est pas fer­mé à la conci­lia­tion. C’est ce que sem­blait avan­cer Be­nya­min Ne­ta­nya­hou en se di­sant prêt à ac­cep­ter le ces­sez-le-feu pro­po­sé par l’Egypte mar­di ma­tin. Le Pre­mier mi­nistre, qui a dé­ployé son avia­tion et ses forces na­vales dans l’opé­ra­tion Bar­rière pro­tec­trice, semble en ef­fet peu en­clin à pas­ser à une of­fen­sive ter­restre, ex­trê­me­ment ris­quée pour des sol­dats dont la mort – ou, pire, l’en­lè­ve­ment – se­rait un trau­ma­tisme pour les Is­raé­liens. L’ex­pé­rience de l’opé­ra­tion Plomb dur­ci en jan­vier 2009 est en­core dans les mé­moires. La bande de Ga­za est l’une des ré­gions les plus den­sé­ment peu­plées. Donc l’une des plus dan­ge­reuses et im­pré­vi­sibles pour les com­bat­tants dans une guerre de proxi­mi­té. « Pou­ré vi­ter­le­ris que hu­main, on nou­sa em bar­qués en­fait dan­sune opé­ra­tion pu­ni­tive, ex­plique Ethan, un ré­ser­viste qui a par­ti­ci­pé à Plomb dur­ci. On­nou­sa as­si­gnés une pe­tite zone à quel ques ki­lo­mètres àl’ouest du point de pas­sage de Kar­ni, su­rune col­line, à en vi­ron 300 mè­tresd’al­ti­tude. Lors que nous sommes ar­ri­vés, tous les ha­bi­tant sa­vai ent dé­jà­dé guer­pi. » Con­trai­re­ment à ce qu’il pen­sait au dé­part, l’uni­té d’Ethan n’était pas là pour ef­fec­tuer des fouilles, ré­cu­pé­rer des armes, pro­cé­der à des arrestations, ce qui au­rait fait cou­rir un risque im­por­tant aux sol­dats. « Ce­qu’on at­ten­dait de­nous, c’était­qu’on­ra­se­la zone. Le sol trem­blait tout le temps. Les­mai­sons étaient dé­truites le­sun es après le­sautres. Ef­fec­ti­ve­ment, il y avait des­pièges dansc er­taines, des ex­plo­sifs dis­si­mu­lés qui pro­vo­quaient des “se­condes ex­plo­sions”, des tun­nels qui pou­vaient nous en­glou­tir, ra­conte ce père de fa­mille. Mais­le­sou cid’évite rles dan­gers­del’opé­ra­tion nous apous­sés àl’in­di­gni­té. » L’ar­mée ayant comme consigne de ren­trer ra­pi­de­ment et sans perte, les règles d’en­ga­ge­ment du com­bat ont été mo­di­fiées. « Tout in­di­vi­du­su­run toit était une cible lé­gi­time par exemple. Pas be­soin d’aver­tis­se­ment, de preu­ve­qu’il étai­tar­mé et me­na­çant. » La règle du doute qui consiste à ne pas ti­rer en cas d’in­cer­ti­tude était in­ver­sée: « Là, c’était: si tua­sun doute, tu tires. D’où­de­nom­breux­morts ci­vils, mai­saus­si des­pertes dans no srangs par des tirs amis. » Un bour­bier dans le­quel Ne­ta­nya­hou semble ne pas vou­loir mettre les pieds.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.