La Fa­bian So­cie­ty, la­bo­ra­toire d’idées du tra­vaill isme

L'Obs - - Dossier - F. R.

— Fils des syn­di­cats qui veulent une re­pré­sen­ta­tion par­le­men­taire, le La­bour Party (Par­ti tra­vailliste) an­glais, fon­dé en 1906, est beau­coup moins idéo­lo­gique que les autres or­ga­ni­sa­tions ou­vrières fran­çaises, belges ou al­le­mandes. En marge du La­bour existent de nom­breux la­bo­ra­toires d’idées, des think tanks bouillon­nants. La Fa­bian So­cie­ty – la So­cié­té fa­bienne – est le plus cé­lèbre. Elle prend ce nom en hom­mage à Fa­bius Cunc­ta­tor (Fa­bius le tem­po­ri­sa­teur), un gé­né­ral ro­main qui se bat­tit contre Han­ni­bal en le har­ce­lant constam­ment pour l’épui­ser plu­tôt qu’en le pre­nant de front. De même, les fa­biens sont des apôtres du gra­dua­lisme, qui prône un chan­ge­ment de so­cié­té par étapes, et non par la ré­vo­lu­tion. La ro­man­cière Vir­gi­nia Woolf, Ram­say MacDo­nald, fu­tur Pre­mier mi­nistre tra­vailliste (en 1924), ou H. G. Wells, qui se fe­ra connaître en écri­vant « la Guerre des mondes », sont des fa­biens. Un des plus cé­lèbres est l’Ir­lan­dais George Ber­nard Shaw, dra­ma­turge et fu­tur prix No­bel de lit­té­ra­ture.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.