La le­çon de Cam­pion

Jane Cam­pion par Jane Cam­pion, par Mi­chel Ci­ment, Edi­tions des Ca­hiers du Ci­né­ma, 224 p., 45 eu­ros.

L'Obs - - Livres - Pas­cal Mé­ri­geau

Ecrin somp­tueux, for­mat prin­cier, iconographie soi­gnée et rare, ma­quette de haute vo­lée: Mi­chel Ci­ment, le pa­tron de « Po­si­tif », a re­pris pour Jane Cam­pion le prin­cipe qui lui avait réus­si pour son « Stan­ley Ku­brick ». Soit de longs en­tre­tiens avec la ci­néaste néo-zé­lan­daise de « la Le­çon de pia­no », en­tre­cou­pés de pré­sen­ta­tions et d’ana­lyses de cha­cun des films, qui s’im­posent comme au­tant d’in­tro­duc­tions aux dé­cla­ra­tions de Cam­pion. Le genre a quelques in­con­vé­nients, le pre­mier étant que le livre tout en­tier se trouve pla­cé sous le contrôle de son su­jet. Voi­là qui peut conduire l’au­teur à par­fois sur­es­ti­mer cer­tains films, ou à n’émettre que de ti­mides ré­serves. Dans le cas pré­sent, Ci­ment pa­raît sur­tout dé­si­reux d’évi­ter de por­ter des ju­ge­ments tran­chés sur les films moins con­vain­cants que sont « In the Cut » ou « Ho­ly Smoke », qu’il ana­lyse avec in­tel­li­gence et vir­tuo­si­té. On prend plai­sir à suivre pas à pas le che­mi­ne­ment de cette ci­néaste: c’est réel­le­ment le ci­né­ma au travail qui se trouve ici dé­voi­lé, de­puis les pre­miers tra­vaux de Cam­pion, ses courts-mé­trages ame­nés à Cannes par Pierre Ris­sient (au­quel le livre est dé­dié), jus­qu’aux ma­gni­fiques « Bright Star », peu­têtre son plus beau film, et « Top of the Lake », la su­perbe sé­rie té­lé­vi­sée coé­crite avec Ge­rard Lee, le scé­na­riste de « Swee­tie » (éga­le­ment une de ses grandes réus­sites) et di­ri­gée par elle – elle a réa­li­sé elle-même trois des six épi­sodes. Ce dé­voi­le­ment pro­gres­sif, ef­fec­tué avec art et maî­trise par Ci­ment, est pas­sion­nant. De même est cap­ti­vante la des­crip­tion de l’émer­gence d’une per­son­na­li­té qui compte par­mi les plus fortes du ci­né­ma contem­po­rain. Au dé­tour d’une page, une confi­dence du père de la réa­li­sa­trice sug­gère que cette per­son­na­li­té s’est af­fir­mée avec une pré­co­ci­té en­viable: à la ques­tion de sa­voir ce qu’elle sou­hai­te­rait faire quand elle se­rait grande, la pe­tite Jane au­rait ré­pon­du: « Pa­pa, c’est­moi qui­dé­ci­de­rai! » Per­sonne alors n’avait émis l’idée qu’il pour­rait en être au­tre­ment. A la lec­ture de cet ou­vrage très beau, très dense et très in­dis­pen­sable, on sait que per­sonne de­puis ne s’y est ja­mais ris­qué non plus.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.