KAF­KA À NEW YORK

L'Obs - - Livres -

On est en 1946 à New York. Dans Green­wich Vil­lage, on ne parle que de Kaa et des « ex­pres­sion­nistes abs­traits » . Lors­qu’il vient s’ins­tal­ler chez elle, le nar­ra­teur, un jeune in­tel­lo qui va ou­vrir une li­brai­rie sur Cor­ne­lia Street, est im­mé­dia­te­ment sé­duit par She­ri. Front haut et bom­bé, grands yeux bleu clair, « bouche fine et in­con­so­lable » . La femme par­faite ? She­ri tient aus­si bien de l’oeuvre d’art que de la pou­pée su­per mi­gnonne – elle est, écrit Ana­tole Broyard, « sa propre avant-garde » . Dans la cui­sine, une énorme presse ty­po­gra­phique oc­cupe tout l’es­pace, et c’est la frêle She­ri qui conduit la lo­co­mo­tive. Ils couchent en­semble. Mais la vie avec She­ri, qui lui pré­sente Anaïs Nin, n’est pas de tout re­pos. Broyard ra­conte ses aven­tures sexuelles avec ce rea­dy-made, et dé­crit comme per­sonne la vie de bo­hème à New York après la guerre. « Pour quel­qu’un qui ne l’a pas vé­cue, il est presque im­pos­sible de dé­crire l’at­mo­sphère sexuelle de 1947. S’y replonger au­jourd’hui re­vient un peu à vi­si­ter une ville mé­dié­vale en France ou en Ita­lie en es­sayant de se re­pré­sen­ter la vie de ses ha­bi­tants au trei­zième siècle. » Les an­nées passent, Ana­tole Broyard de­vient un cri­tique re­dou­té du « New York Times », et l’homme qui a ser­vi de mo­dèle, au moins in­cons­cient, au hé­ros du ro­man de Phi­lip Roth « la Tache ». Ce ré­cit au­to­bio­gra­phique, de­meu­ré in­ache­vé, est le plus fin, drôle et dé­li­cieux qu’on ait lu de­puis long­temps. Ka a fai­sait fu­reur, par Ana­tole Broyard, tra­duit de l’an­glais par Ju­lie Sibony, Ch­ris­tian Bour­gois, 182 p., 15 eu­ros.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.