Mys­té­rieux agents dor­mants

L'Obs - - Sommaire -

Mal­gré l’ad­mo­nes­ta­tion de Sar­ko­zy à Pou­tine, les ser­vices secrets russes n’ont pas le­vé le pied, bien au contraire. Au­jourd’hui, leur ordre de ba­taille en France est im­pres­sion­nant. Se­lon plu­sieurs sources, ils dis­posent d’une cin­quan­taine d’of­fi­ciers de ren­sei­gne­ment sous cou­ver­ture di­plo­ma­tique, à l’am­bas­sade et dans les consu­lats de Nice, Mar­seille et Stras­bourg. Une qua­ran­taine tra­vaille pour le SVR. Leur chef à Pa­ris (ap­pe­lé, dans le jar­gon, le « ré­sident ») se pré­sente ha­bi­tuel­le­ment comme 3e ou 4e « conseiller » de l’am­bas­sade. Une pe­tite di­zaine dé­pend des mi­li­taires du GRU, dont le vrai pa­tron en France se pré­tend gé­né­ra­le­ment « jour­na­liste » à l’agence Tass ou at­ta­ché na­val. Les autres sont rat­ta­chés au FSB, l’équi­valent russe de la DGSI. Ce n’est pas tout. Comme pen­dant la guerre froide, il y a aus­si, dans l’Hexa­gone, des « illé­gaux », des es­pions non pro­té­gés par l’im­mu­ni­té di­plo­ma­tique et dé­pen­dant de la mys­té­rieuse di­rec­tion S du SVR. For­més pen­dant sept ans à la pres­ti­gieuse école su­pé­rieure du ren­sei­gne­ment à Mos­cou, ces sei­gneurs de l’es­pion­nage russe sont en­trés en France via un pays tiers, sous une iden­ti­té d’em­prunt, avec un faux nom et une na­tio­na­li­té fic­tive. Au fil de plu­sieurs an­nées, ils se sont for­gé une « lé­gende », avec un vrai job et par­fois une fa­mille, comme dans la sé­rie à suc­cès « The Ame­ri­cans » (voir p. 15). Quatre ou cinq of­fi­ciers sous cou­ver­ture di­plo­ma­tique à l’am­bas­sade russe à Pa­ris s’oc­cupent en per­ma­nence du sou­tien de leurs ac­ti­vi­tés clan­des­tines : fausses cartes d’iden­ti­té, fal­si­fi­ca­tion de pa­pier à en-tête, le­vée de boîtes aux lettres… Se­lon les sigles de l’ex-KGB tou­jours en cours à Mos­cou, ces sou­tiers de l’es­pion­nage, char­gés de l’in­ten­dance, ap­par­tiennent à la « ligne N ».

Le ser­vice H4 de la DGSI es­time qu’il y a au­jourd’hui, sur le ter­ri­toire fran­çais, entre dix et vingt illé­gaux russes. Cette éva­lua­tion est pro­duite par le ser­vice tech­nique du contre-

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.