LA PISTE SÉ­PA­RA­TISTE

L'Obs - - Sommaire - NA­TA­CHA TATU

— Le Boeing de la Ma­lay­sia Air­lines abattu au-des­sus de l’est de l’Ukraine a-t-il dé­col­lé d’Am­ster­dam avec à son bord des corps de pas­sa­gers dé­jà morts ? Ne soyez pas dupes de ces cli­chés mon­trant un amon­cel­le­ment de pas­se­ports : ils sont en bien trop bon état pour des do­cu­ments tom­bés d’un avion pul­vé­ri­sé en vol ! Pour­quoi voit-on si peu de fa­milles de vic­times à la té­lé­vi­sion ? Sa­chez que des témoins au­raient aper­çu les pi­lotes s’éjec­tant avant l’ex­plo­sion… Telles sont les théo­ries com­plo­tistes que les té­lé­spec­ta­teurs russes voient dé­fer­ler sur les écrans, dif­fu­sées à jet conti­nu par leurs mé­dias na­tio­naux, plus pou­ti­niens que Pou­tine lui-même. Quelques mi­nutes après l’an­nonce de la catastrophe, l’agence d’Etat Itar-Tass dif­fu­sait deux pho­tos cen­sées prou­ver une si­mi­li­tude entre le Boeing de la Ma­lay­sia Air­lines et l’avion de Pou­tine, qui se­rait pas­sé 37 mi­nutes plus tôt ! D’après une « source non iden­ti­fiée », l’ap­pa­reil au­rait été abattu par l’ar­mée ukrai­nienne, qui avait pour cible le pré­sident russe… Comme un par­fum de pa­nique ? Ces nuages de fu­mée ba­lan­cés sur les faits au dé­tri­ment du plus élé­men­taire bon sens ont quelque chose de pa­thé­tique. Sauf coup de théâtre de der­nière mi­nute, tous les élé­ments convergent vers une ter­rible bé­vue des sé­pa­ra­tistes. Peu aguer­ris au ma­nie­ment d’armes so­phis­ti­quées tels ces mis­siles sol-air de longue por­tée que leur au­raient four­nis les Russes, ils au­raient abattu l’avion de ligne… par mé­garde. Une conver­sa­tion té­lé­pho­nique entre sé­pa­ra­tistes in­ter­cep­tée par les ser­vices secrets ukrai­niens peu après le crash ne laisse guère de doute. Elle doit bien sûr être au­then­ti­fiée. En at­ten­dant, les re­belles font tout pour em­pê­cher sur le ter­rain le travail des en­quê­teurs, mal­gré la re­mise des boîtes noires. Ra­re­ment, après une catastrophe, le travail d’in­ves­ti­ga­tion au­ra été aus­si dif­fi­cile. A croire, comme l’a dé­cla­ré lun­di Ba­rack Oba­ma ex­cé­dé, « qu’ils ont quelque chose à ca­cher » . Vrai­ment ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.