Un bra­ce­let pour l’an­cien tra­der ?

L'Obs - - Téléphones Rouges - De­nis De­mon­pion

Jé­rôme Ker­viel s’est plon­gé dans la lec­ture des clas­siques de la lit­té­ra­ture fran­çaise, à com­men­cer par celle du « Comte de Monte-Cris­to ». Mais con­trai­re­ment à Ed­mond Dan­tès, le hé­ros d’Alexandre Du­mas, l’an­cien tra­der de la So­cié­té gé­né­rale, pla­cé à l’iso­le­ment à la mai­son d’ar­rêt de Fleu­ry-Mé­ro­gis (Es­sonne), et donc seul en cel­lule après sa condam­na­tion à cinq ans de pri­son dont trois ferme, n’envisage pas de se faire la belle. Il a, en re­vanche, fait une de­mande d’amé­na­ge­ment de peine, la­quelle se­ra exa­mi­née le 29 juillet. Si le juge d’ap­pli­ca­tion des peines accède à sa re­quête, il pour­rait se re­trou­ver avec un bra­ce­let électronique. D’après son avo­cat Da­vid Koub­bi, Ker­viel pré­sente les ga­ran­ties de re­pré­sen­ta­tion re­quises pour bé­né­fi­cier d’une telle me­sure, à sa­voir un em­ploi et un appartement. De­puis son in­car­cé­ra­tion le 18 mai, l’ex-opé­ra­teur des mar­chés, ju­gé res­pon­sable des pertes à hau­teur de 4,9 milliards d’eu­ros de la So­cié­té gé­né­rale dé­cou­vertes en jan­vier 2008, « tient le coup psy­cho­lo­gi­que­ment », note son avo­cat. Mais il s’im­pa­tiente de pou­voir faire va­loir ses ar­gu­ments afin que soit re­con­nue la res­pon­sa­bi­li­té de la banque.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.