Les en­fants mar­tyrs de Ga­za-plage

Toutes les nuits, les Ba­kr quittent leur mai­son de peur d’être bom­bar­dés. Portrait d’une fa­mille dont quatre gar­çons ont été tués par une frappe is­raé­lienne

L'Obs - - Événement - De notre en­voyée spé­ciale Ma­rie Es­tève pho­to: Anne Paq-ac­ti­ves­tills-pic­tu­re­tank

Un ballon. C’est tout ce qu’Ahed Ba­kr a pu ré­cu­pé­rer sur la plage après la frappe is­raé­lienne qui a tué son fils, son pe­tit-fils et deux de ses ne­veux, mer­cre­di 16juillet près du port de Ga­za. Ahed et Za­cha­ria, 10 ans, Mo­ha­med, 9 ans, et Is­maïl, 11 ans, s’amu­saient près de la je­tée quand deux mis­siles se sont abat­tus sur eux, les tuant sur le coup. « Ils­jouaient, c’est­tout ! Il­sé­taient sor­tis de lamai­son car il n’y a pas d’es­pace ici pour jouer. C’est en al­lant sur la plage qu’ils s’éva­daient » , ex­plique Ahed, le père de Mo­ha­med.

Les Ba­kr ha­bitent au coeur du camp de ré­fu­giés de Cha­ti où s’en­tassent 87000 Pa­les­ti­niens ori­gi­naires, avant la guerre de 1948 avec Is­raël, des villes de Lod, Beer­she­va et Jaf­fa. Ici, tout le monde connais­sait les quatre gar­çons et leur grande fa­mille de pê­cheurs. Les Ba­kr ont même une rue à leur nom où ils oc­cupent plu­sieurs bâ­ti­ments ser­rés les uns à cô­té des autres. La pro­mis-

Mo­ha­med Ba­kr, de­vant chez lui, avec son épouse et ses en­fants sur­vi­vants

cui­té est étouf­fante, aux heures les plus chaudes de l’après-mi­di. Des di­zaines d’en­fants courent dans tous les sens à tra­vers une ruelle étroite et sa­bleuse. Ils sont pour la plu­part pieds nus, en haillons et ont les che­veux ébou­rif­fés. Cer­tains jouent sur un tas d’or­dures amas­sées de­vant une en­trée. Des portes claquent, des en­fants pleurent, des adultes se dis­putent. « On est tous sous pres­sion. C’est le stress de la si­tua­tion » , ex­plique Ahed, le pa­triarche de

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.