La ré­demp­tion des Bleus

L'Obs - - Les Débats De L’obs -

ap­proche de la zone de vé­ri­té, et, plus grave en­core, at­taques phy­siques dé­li­bé­rées et dan­ge­reuses sur des joueurs: Ney­mar (frac­ture d’une ver­tèbre!), Kra­mer (K.‑O. de­bout après un vi­lain coup d’épaule du dé­fen­seu­rar­gen­tin), sans­comp­ter la­sor­tie­plus­que­li­mi­te­du goal Ma­nuel Neuer sur l’at­ta­quant Hi­guaín. On en ou­blie cer­tai­ne­ment. La cote d’alerte est at­teinte et la Fi­fa se­montre ici aus­si d’un laxisme cou­pable. Elle va de­voi­ra­gir­de­ma­niè­re­pré­ven­tive, mai­saus­sia­mé­lio­rer la prise en char­ge­mé­di­cale (le K.-O. de Kra­mer au­rait dû, com­meau­rug­by, l’em­pê­cher­de­re­pren­dre­le­match). De­la­mê­me­ma­nière, le­do­pa­ge­dans le­foot­ball res­teun énor­me­ta­bou. En­fin, consi­dé­ra­tiond’afi­cio­na­do, com­mentne pas s’éton­ner que la Fi­fa ait­mis en­cir­cu­la­tion des bal­lons si lé­gers qu’ils « volent » au­moindre tir au but, pri­vant les spec­ta­teurs d’un élé­ment es­sen­tiel et consti­tu­tif du football: des tirs au but ten­dus et im­pa­rables, de­ve­nu­sau­jourd’hui­si­ra­res­dans­la­com­pé­ti­tion. Troi­sième point: « nos » Bleus. Après le dé­sastre de Knys­na, la qua­si-ré­demp­tion au Bré­sil avec, au dé­but de­la com­pé­ti­tion, un­jeuof­fen­sif et at­trayant, Ben­ze­ma qui­mar­que­des­but­set­qui­sou­rit, des­joueurs­qui­courent sur le ter­rain et ap­pa­raissent so­li­daires, l’émer­gence de jeunes ta­lents (Pog­ba, Va­rane, Griez­mann) qui­donnent en­vie­de­les­suivre, uns­taff­del’équi­pe­deF­ran­ce­quia­su faire oublier la « grève du bus ». Comme par ha­sard, le suc­cès­spor­ti­fai­dant, onn’aplus­par­lé­des­pro­blè­mesde « com­por­te­ment » des Bleus. On amême pu­mettre en va­leur­la­com­po­san­tea­fri­cai­ne­de­cet­teé­quipe(7joueurs sur23son­to­ri­gi­nai­resd’Afri­que­sub­sa­ha­rienne) et­la­res­source que consti­tuent des ci­tés de ban­lieue, vé­ri­tables pé­pi­niè­res­de­foot­bal­leurs. Pour­quoi­ne­pas­plu­sé­cou­ter la­bel­le­le­çond’op­ti­mis­me­trans­mi­se­parA­lainPas­ca­lou, an­cien pro­fes­seur d’EPS et long­temps res­pon­sable du centre de for­ma­tion duMans, dans son in­ter­view­pour notre blog? Pour­quoi­ne­pas en­fon­cer le clouà ce su­jet? Etre­dire, contre­tous­les­pro­phè­tes­de­mal­heur­qui­crient à l’échec de l’as­si­mi­la­tion des en­fants d’im­mi­grés en France, quel’in­té­gra­tion­peut­fonc­tion­ner… Acon­di­tion que, tout sim­ple­ment, on s’in­té­resse à eux, qu’on les en­cadre sé­rieu­se­ment, qu’on leur four­nisse des étais pour se construire, qu’on leur (re)donne force et confiance. Bref­qu’on­croie eneux.

Ce­dis­cour­sest­per­çuau­jourd’hui­com­me­naï­fou­rin­gard­tant le­mon­de­so­cial­des­jeu­nes­des­ci­té­ses­tà­la­fois mé­con­nuet­mé­pri­sé­par­no­sé­li­tes­po­li­ti­que­set in­tel­lec­tuelles, ob­sé­dées par la peur de ces nou­velles classes dan­ge­reuses. La ver­tu des com­pé­ti­tions de football est de­rap­pe­le­ra­vec­for­ce­ce­que­le­sen­quê­tes­so­cio­lo­giques montrent à l’en­vi: l’in­té­gra­tiondes en­fants d’im­mi­grés es­ten­marche. Ri­si­bleet­mê­me­pa­thé­ti­que­de­vien­tain­si la­pro­phé­tie, sur i>Té­lé, d’EricZem­mour, quel­ques­jours avant­le­mat­chAl­le­magne-Bré­sil: « L’équi­ped’Al­le­magne s’es­tou­verte, ya­desTurcs…, saufque, de­puis­qu’ilya­ça, ils ne gagnent plus, et ils vont perdre contre leB­ré­sil [...]. L’Al­le­magne, elle ga­gnait quan­diln’ya­vait que­des­do­li­cho­cé­phales blonds. » Mi­sère que cette idéo­lo­gie­mor­ti­fère qui a tous les jours table ou­verte dans les grands mé­dias (RTL, i>Té­lé).

Ma­rio Goetze marque le but de la vic­toire de l’Al­le­magne

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.