La Chine s’af­firme dans la guerre des pa­laces

L'Obs - - Téléphones Rouges - Do­rane Vi­gnan­do

Le Pe­nin­su­la Pa­ris a su se faire at­tendre. Après quatre an­nées de tra­vaux, le nou­veau fleu­ron de l’ul­tra­luxe pa­ri­sien ouvre en­fin ses portes cette se­maine, ave­nue Klé­ber. An­cienne pro­prié­té de l’Etat, à deux pas de l’arc de Triomphe, le bâ­ti­ment avait été ven­du 400mil­lions d’eu­ros à un fonds d’in­ves­tis­se­ment qa­ta­ri, aux­quels il convient d’ajou­ter 400mil­lions d’eu­ros pour la ré­no­va­tion. Avec ce nou­veau 5 étoiles, le groupe hong­kon­gais Pe­nin­su­la est le der­nier des géants asia­tiques de l’hô­tel­le­rie de luxe à s’im­plan­ter à Pa­ris en moins de cinq ans, aux cô­tés du Royal Mon­ceau (groupe sin­ga­pou­rien Raffles), du Shan­gri La et du Man­da­rin Orien­tal (pro­prié­tés éga­le­ment hong­kon­gaises) no­tam­ment. Le Pe­nin­su­la voit grand : sa­lons Belle Epoque res­tau­rés par les meilleurs ate­liers et ar­ti­sans fran­çais, 200 chambres (à par­tir de 1 000 eu­ros la nuit !) et 24 suites, ter­rasse pa­no­ra­mique, avec vue im­pre­nable sur tout Pa­ris. De quoi ra­vi­ver la guerre de la di­zaine de pa­laces pa­ri­siens dont l’ob­jec­tif est dé­sor­mais de cap­ter la nou­velle clientèle ve­nue de Chine et des pays émer­gents. Un gâ­teau dif­fi­cile à par­ta­ger vu le nombre ex­po­nen­tiel d’éta­blis­se­ments ul­tra­luxe dans la ca­pi­tale. Les Fran­çais n’ont pas dit leur der­nier mot : le Che­val blanc de Ber­nard Ar­nault, pre­mier hô­tel pa­ri­sien du pa­tron de LVMH, doit ou­vrir ses portes en 2017 dans le bâ­ti­ment qui abri­tait la Sa­ma­ri­taine. Lui aus­si vise la dis­tinc­tion pa­lace.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.