Bal­ka­ny oublie sa femme

L'Obs - - Politique - Ju­lien Mar­tin

C’est l’une des perles des dé­cla­ra­tions d’in­té­rêts des par­le­men­taires. Dans la case « iden­ti­fi­ca­tion du conjoint », Pa­trick Bal­ka­ny a in­di­qué… « néant » . A la trappe, sa femme Isa­belle, pour­tant om­ni­pré­sente dans l’ac­tion du couple le plus sul­fu­reux des Hauts-de-Seine! Pour com­prendre, il faut re­mon­ter plu­sieurs an­nées en ar­rière. Le dé­pu­té-maire de Le­val­lois a ven­du la mèche au cours d’une au­di­tion de­vant la po­lice ju­di­ciaire, le 14 mars 2000: il est « sé­pa­ré de­puis 1996 » de sa pre­mière ad­jointe d’épouse. Sé­pa­ré de biens, pour être pré­cis. A cette époque, le couple bat­tait de l’aile, et il avait pré­fé­ré cette so­lu­tion à celle du di­vorce. Ré­con­ci­liés un an plus tard, les Bal­ka­ny n’ont tou­te­fois rien chan­gé à leur si­tua­tion juridique. L’as­tuce leur per­met de rem­plir des dé­cla­ra­tions fis­cales dis­tinctes et, ain­si, de ne pas payer l’ISF pour leur luxueuse de­meure de Gi­ver­ny. Une as­tuce qui pour­rait ce­pen­dant se ré­vé­ler ca­duque si la jus­tice, qui les soup­çonne de blan­chi­ment de fraude fis­cale, dé­ci­dait de ré­in­té­grer à leur pa­tri­moine les vil­las de Mar­ra­kech et de Saint-Mar­tin qu’ils oc­cupent sans en être of­fi­ciel­le­ment les pro­prié­taires.

Pa­trick et Isa­belle Bal­ka­ny dans la cour de l’Ely­sée, en 2008

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.