La se­conde chute de Su­har­to

L'Obs - - Monde - par Re­né Ba­ck­mann R. B.

Avec 53,15% des voix, contre 46,85% à son ad­ver­saire l’ex-gé­né­ral Pra­bo­wo Su­bian­to, le gou­ver­neur de Ja­kar­ta, Jo­ko Wi­do­do, 53 ans, « Jo­ko­wi » pour ses par­ti­sans, a été dé­cla­ré la se­maine der­nière vain­queur du scru­tin pré­si­den­tiel du 9 juillet. Lors­qu’il pren­dra ses fonc­tions en oc­tobre, ce se­ra la pre­mière fois de­puis l’in­dé­pen­dance de l’In­do­né­sie en 1945 qu’un pré­sident élu au suf­frage uni­ver­sel suc­cède à un autre chef d’Etat élu au suf­frage uni­ver­sel. « Jo­ko­wi » se­ra aus­si le pre­mier pré­sident is­su de la so­cié­té ci­vile et non de la caste po­li­ti­co-mi­li­taire qui a contrô­lé le pou­voir pen­dant la dic­ta­ture de Su­har­to, et même après sa chute en 1998. Né dans une mo­deste ca­bane de vil­lage, « Jo­ko­wi », fils d’un char­pen­tier, a ven­du des meubles avant de créer une en­tre­prise d’im­port-ex­port et d’en­trer en po­li­tique en 2005 en de­ve­nant maire de So­lo, au centre de Ja­va. Sa po­li­tique de ré­no­va­tion ur­baine, de pro­mo­tion du lo­ge­ment so­cial et de trans­pa­rence de la ges­tion mu­ni­ci­pale lui a permis d’être ré­élu avec 91% des voix en 2010. Et c’est fort de cette ré­pu­ta­tion de ré­for­ma­teur hon­nête et ef­fi­cace, sou­cieux du sort des plus pauvres, qu’il a été élu, deux ans plus tard, gou­ver­neur de la ca­pi­tale, Ja­kar­ta. A la tête de cette mé­ga­pole de 10mil­lions d’ha­bi­tants, où 20% de la po­pu­la­tion vit sous le seuil de pau­vre­té, il a lan­cé la construc­tion d’un mé­tro et in­tro­duit, pour les plus mo­destes, des cartes d’ac­cès aux soins et à l’édu­ca­tion. Ados­sé à cette ex­pé­rience et fon­dé sur la pour­suite des ré­formes dé­mo­cra­tiques amor­cées de­puis quinze ans, son pro­gramme com­porte un am­bi­tieux plan de lutte contre la pau­vre­té et la cor­rup­tion, fléaux tra­di­tion­nels de l’In­do­né­sie. Pré­sident élu d’un pays de 250 mil­lions d’ha­bi­tants dont 90% sont mu­sul­mans, « Jo­ko­wi » est confron­té à un dé­fi his­to­rique. Il lui faut à la fois ré­pondre aux at­tentes de son élec­to­rat, no­tam­ment les jeunes et les pauvres, re­lan­cer la crois­sance qui flé­chit et at­ti­rer les in­ves­tis­seurs étran­gers sans né­gli­ger l’as­pi­ra­tion au na­tio­na­lisme éco­no­mique. Il de­vra aus­si af­fron­ter la vin­dicte de son ri­val mal­heu­reux. Ex­gendre de Su­har­to, dé­non­cé pour ses vio­la­tions des droits de l’homme lors­qu’il com­man­dait les forces spé­ciales de l’ar­mée de terre in­do­né­sienne, les Ko­pas­sus, Pra­bo­wo Su­bian­to, mi­li­taire re­con­ver­ti dans les af­faires, juge que la dé­mo­cra­tie oc­ci­den­tale « n’est­pa­sa­dap­tée àl’In­do­né­sie » . Et se pré­sen­tait comme l’homme à poigne dont le pays a be­soin. Sou­te­nu par son frère, mil­liar­daire, et les pro­prié­taires de cinq des douze chaînes de té­lé­vi­sion de l’ar­chi­pel, Su­bian­to, qui ac­cuse « Jo­ko­wi » de « fraudes mas­sives », s’an­nonce comme un écueil re­dou­table pour le nou­veau pré­sident.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.